NOUVELLES

Niger: les corps de 92 migrants sont retrouvés dans le Sahara

31/10/2013 10:13 EDT | Actualisé 31/12/2013 05:12 EST

DAKAR, Sénégal - Une centaine de migrants africains qui tentaient d'échapper à une pauvreté opprimante ont connu une fin atroce, ont indiqué jeudi des responsables nigériens, quand ils sont morts de soif après que leurs camions soient tombés en panne dans un coin reculé du désert du Sahara.

La nouvelle n'est parvenue aux responsables qu'après plusieurs semaines. Des équipes de secouristes qui se sont rendus sur les lieux ont notamment retrouvé les restes de 52 enfants et de 33 femmes, mais au moins 92 personnes semblent avoir perdu la vie.

«C'était horrible. Nous avons trouvé des corps en état de décomposition avancée et d'autres qui avaient été dévorés par des chacals, a dit Almoustapha Alhacen, le directeur d'une organisation caritative nigérienne qui a aidé à enterrer les corps et qui était sur place mercredié Nous avons trouvé les corps de petits enfants blottis contre les cadavres de leurs mères.»

Les victimes étaient éparpillées dans un rayon de 20 kilomètres, ce qui laisse entendre qu'elles étaient parties à pied sans toutefois prendre la direction de la frontière algérienne, qui se trouve à seulement 10 kilomètres de là, a-t-il dit.

Cette tragédie n'est que la plus récente à mettre en relief les périls des migrations illégales. Au début du mois d'octobre, au moins 365 migrants se sont noyés quand leur navire a fait naufrage près des côtes de l'île italienne de Lampedusa, qui est située plus près de l'Afrique du Nord que de l'Europe.

Les migrants qui ont perdu la vie au Niger avaient débuté leur périple le mois dernier à bord de deux camions. Le gouverneur de la province d'Agadez, le colonel Garba Makido, a indiqué que la tragédie s'est produite le long d'une route fréquemment utilisée par les contrebandiers pour se rendre du Niger jusqu'en Algérie.

Une fois en Algérie, plusieurs migrants essaient ensuite de rallier le sud de l'Europe.

Si la majorité de ceux qui empruntent cette route sont des migrants économiques, il n'était possible d'expliquer dans l'immédiat pourquoi on compte autant de femmes et d'enfants parmi les victimes.

Les responsables ont été informés des événements quand une femme a réussi à sortir du désert plus tôt ce mois-ci. Elle a été prise par une voiture qui l'a conduite jusqu'à la ville d'Arlit, à environ 50 kilomètres au sud de l'endroit où le premier des deux camions est tombé en panne.

Un père et ses deux fillettes sont arrivés le lendemain, mais les deux enfants étaient déjà mortes de soif. Au total, 21 personnes ont survécu, la majorité ayant rejoint des villes le long de la frontière algérienne.

«C'est une vraie tragédie, a dit le colonel Makido. Le procureur a ouvert une enquête et nous ferons tout en notre pouvoir pour retrouver les conducteurs des camions.»

Les responsables avaient indiqué, au début de la semaine, que 35 personnes étaient mortes de soif en tentant la traversée. Le bilan s'est alourdi quand de nouveaux corps ont été retrouvés.

Des migrants venus de partout en Afrique occidentale se rendent à Agadez, où ils versent jusqu'à 3000 $ US chacun aux passeurs pour tenter de se rendre en Europe.

PLUS:pc