NOUVELLES

Claude Généreux se présente contre Michel Arsenault à la présidence de la FTQ

31/10/2013 02:03 EDT | Actualisé 31/12/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - La fronde se confirme au sein de la FTQ alors que le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) présente un candidat pour affronter Michel Arsenault à la présidence de la centrale au congrès de la fin de novembre.

Il s'agit de Claude Généreux, l'ex-dirigeant du SCFP qui, en annonçant sa candidature jeudi, a lancé une attaque à peine voilée contre Michel Arsenault en disant vouloir recentrer la FTQ sur sa mission originale.

«Il est temps de défendre nos membres plutôt que de défendre des réputations», a-t-il laissé tomber en conférence de presse.

M. Généreux a été président du SCFP-Québec de 1993 à 2001, puis secrétaire-trésorier du SCFP au niveau national de 2001 à 2011. Il a notamment été à l'origine d'un nettoyage des finances du SCFP au niveau national, opération qui a mené à des accusations criminelles pour détournement de fonds contre un dirigeant du syndicat.

Certains dirigeants du SCFP-Québec, l'un des plus importants syndicats de la FTQ, n'ont pas caché leur malaise devant les informations qui circulent au sujet de Michel Arsenault, dont le nom revient constamment ces jours-ci devant la Commission Charbonneau.

La direction du SCFP aurait souhaité que M. Arsenault se retire, une option que ce dernier n'a en aucun temps envisagé.

«La semaine dernière, nous avons demandé à Michel Arsenault de ne pas se représenter (à la présidence)», a reconnu M. Généreux.

«Mais il n'est jamais trop tard. J'accepte et je souhaite la bienvenue à la confrontation des idées et des plateformes et du débat, mais ce qu'on avait demandé la semaine dernière tient toujours», a-t-il dit.

La présidente du SCFP-Québec, Lucie Levasseur, dit avoir obtenu l'appui unanime des vice-présidents de secteur de son syndicat pour la candidature de Claude Généreux, mais le travail reste à faire pour obtenir des appuis à l'extérieur du SCFP.

«Au dernier bureau de la FTQ, certains syndicats ont mentionné qu'ils appuyaient Michel Arsenault tant et aussi longtemps qu'il ne sortait rien de nouveau dans les médias par rapport à la Commission Charbonneau. Avec cette annonce-là, je vais appeler mes vis-à-vis des autres syndicats de la FTQ et, donc, les discussions vont commencer», a indiqué Mme Levasseur.

Celle-ci refuse cependant de lier l'affiliation du SCFP à la FTQ à l'élection de la fin de novembre.

«Nous n'avons à ce jour jamais remis en cause l'importance du véhicule qu'est la FTQ. Il y a beaucoup d'inconfort, beaucoup d'interrogations, beaucoup de colère dans certaines sections locales dans nos rangs, dans certains secteurs. Mais jamais je ne prônerai cet objectif-là (de désaffiliation) puisque la FTQ est un véhicule à mon point de vue essentiel dans le mouvement syndical.»

Michel Arsenault, issu du Syndicat des métallos, occupe la présidence de la centrale depuis 2007. Il avait succédé à Henri Massé.

Il est également président du conseil d'administration du Fonds de solidarité de la FTQ et son implication au sein du Fonds est au coeur des discussions actuelles devant la commission d'enquête sur l'industrie de la construction.

PLUS:pc