NOUVELLES

Barrick réduit ses dépenses pour 2014 d'un milliard $ en raison de Pascua-Lama

31/10/2013 08:30 EDT | Actualisé 31/12/2013 05:12 EST

TORONTO - La société aurifère Barrick Gold (TSX:ABX) a annoncé jeudi avoir mis sur la glace son projet Pascua-Lama pour freiner ses coûts dans un contexte où les prix de l'or s'affaiblissent et d'autres problèmes ont miné le projet en construction situé dans les hauteurs de la cordillère des Andes.

Le président et chef de la direction de Barrick, Jamie Sokalsky, a indiqué que l'interruption de la construction du projet de 8,5 milliards $ était temporaire, mais il n'était pas certain du moment où les travaux reprendront.

«Le projet a été, et continue d'être, une des principales priorités de la société, et aussi notre plus gros défi», a-t-il affirmé lors d'une conférence téléphonique avec des analystes.

«La suspension de la construction et la division des prochaines décisions de développement en plusieurs étapes distinctes nous donneront plus de flexibilité. C'est la façon la plus efficace de construire le projet.»

Pascua Lama, situé à quelque 10 kilomètres de la mine Veladero de Barrick, est un projet qui s'étend au nord de la capitale chilienne de Santiago, sur la frontière montagneuse que partage le Chili avec l'Argentine.

Avec ses réserves prouvées et probables de près de 18 millions d'once d'or et de 676 millions d'onces d'argent, le projet est l'un des plus importants gisements au monde.

Lorsque Barrick a donné son feu vert au projet en 2009, sa construction devait coûter entre 2,8 et 3,0 milliards $ et la production devait y débuter au début 2013.

Mais les coûts ont bondi depuis ce moment et Pascua-Lama a connu plusieurs retards, notamment en raison des inquiétudes des communautés locales quant à son impact environnemental.

Barrick a indiqué jeudi qu'il réduisait ses dépenses en immobilisations d'un autre milliard $ US pour l'an prochain et que le développement du projet serait fragmenté de telle sorte que les décisions de passer à une nouvelle étape «dépendraient de la réduction des risques et de l'amélioration des conditions économiques».

L'annonce sur Pascua-Lama était comprise dans le rapport de la société sur ses résultats financiers pour le troisième trimestre, qui a fait état d'un bénéfice de 172 millions $, soit 17 cents par action, en baisse de plus de 70 pour cent par rapport à celui de 649 millions $, ou 65 cents par action, de la même période l'an dernier.

En excluant les éléments non récurrents, le bénéfice ajusté de Barrick s'est établi à 577 millions $, ou 58 cents par action, ce qui se compare à un bénéfice de 880 millions $, ou 88 cents par action, pour l'an dernier.

Le chiffre d'affaires a reculé à 2,99 milliards $, contre 3,4 milliards $ au troisième trimestre de l'an dernier.

Selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters, les analystes misaient en moyenne sur un bénéfice ajusté par action de 51 cents.

L'action de Barrick a perdu jeudi 1,27 $, soit 5,9 pour cent, à la Bourse de Toronto, pour terminer la séance à 20,28 $.

PLUS:pc