NOUVELLES

Tunisie: un kamikaze se fait exploser sur la plage de Sousse

30/10/2013 12:17 EDT | Actualisé 30/12/2013 05:12 EST

TUNIS, Tunisie - Un kamikaze et un adolescent transportant un sac à dos rempli d'explosifs ont attaqué mercredi deux lieux très fréquentés par les touristes en Tunisie, faisant craindre que les extrémistes islamistes aient décidé d'adopter des tactiques plus violentes dans ce pays d'Afrique du Nord.

Personne n'a été tué sauf le kamikaze, dans ce premier attentat-suicide à toucher la Tunisie depuis l'attaque contre une synagogue en 2002. Selon le ministère de l'Intérieur, les deux hommes appartenaient au même groupe terroriste.

Des gardes de sécurité ont empêché le kamikaze d'entrer dans l'hôtel Riadh Palm à Sousse, une ville portuaire située à environ 150 kilomètres au sud de la capitale, et l'ont ensuite poursuivi sur la plage où l'homme a déclenché ses explosifs, a indiqué le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a décrit le kamikaze comme un homme à la peau sombre qui portait une ceinture d'explosifs. Des fouilles sont en cours dans la ville pour retrouver d'éventuels complices, a déclaré un porte-parole du ministère, Mohammed Ali Aroui.

Dans l'autre attaque déjouée à Monastir, à une vingtaine de kilomètres à l'est de Sousse, un jeune homme de 18 ans a suivi un groupe de touristes au mausolée du père fondateur de la Tunisie moderne, Habib Bourguiba, avec un sac à dos rempli de TNT.

L'adolescent a tenté de distraire les agents de sécurité en lançant un feu d'artifice, avant d'être arrêté, selon Hicham Gharbi, porte-parole de la garde présidentielle, qui est responsable des lieux.

«Il sera questionné afin de connaître ses motivations et de savoir qui a ordonné l'attaque», a dit M. Gharbi à la radio.

Habib Bourguiba, le premier président de la Tunisie indépendante, était un fervent partisan de la laïcité et est critiqué depuis longtemps par les islamistes conservateurs.

Pour Riccardo Fabiani, analyste pour l'Afrique du Nord auprès de l'Eurasia Group, ces deux actes terroristes, qui s'ajoutent à l'attentat raté à la voiture piégée survenu il y a quelques jours, laissent croire au début d'une nouvelle campagne terroriste visant les touristes et les civils en Tunisie.

«Quelques épisodes isolés ne sont pas nécessairement des preuves tangibles, mais trois événements de ce genre pointent dans cette direction», a-t-il affirmé lors d'une entrevue téléphonique. «Par ailleurs, il était presque inévitable que cela se produirait tôt ou tard, si l'on considère les événements qui se sont survenus au cours des derniers mois.»

Son analyse est partagée par Mokhtar Ben Nasr, l'ancien porte-parole de l'armée tunisienne, qui estime que les attaques visaient spécifiquement à nuire à l'industrie touristique et à détourner les forces de sécurité de leur lutte contre les combattants terroristes retranchés dans l'arrière-pays.

PLUS:pc