NOUVELLES

Rob Ford : des documents possiblement gênants

30/10/2013 02:01 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

Les médias pourront finalement mettre la main jeudi sur des dizaines de pages de documentation déposées en cour, relativement à l'arrestation d'un ami du maire Rob Ford pour trafic de drogue.

La Cour supérieure de l'Ontario a ordonné, mercredi midi, le dévoilement de ces renseignements relatifs à l'obtention de mandats de perquisition contre Alessandro Lisi.

Environ 160 des 480 pages demeureront, toutefois, censurées, du moins pour l'instant. Le nom de Rob Ford pourrait y figurer. La Cour doit entendre les parties à nouveau à ce sujet le 8 novembre.

Les médias invoquent le droit du public à être informé pour obtenir l'ensemble des documents. La Couronne affirme, au contraire, que certaines informations doivent rester confidentielles pour les fins de l'enquête policière.

M. Lisi, un homme de 35 ans, a été accusé de trafic de marijuana plus tôt ce mois-ci. Il est un ami de M. Ford pour qui il a agi également à titre de chauffeur occasionnel. Le maire s'était dit dans le passé « surpris » de son arrestation, affirmant qu'il était un « bon gars ». 

Mercredi, Rob Ford s'est refusé à tout commentaire, expliquant que la question était toujours devant les tribunaux.

Lettre d'appui

Plus tôt ce mois-ci, le procureur général de l'Ontario, John Gerretsen, et nombre de conseillers municipaux avaien remis en question le jugement du maire, après qu'il eut été révélé qu'il avait rédigé une lettre de recommandation pour Alessandro Lisi l'été dernier.

Ce dernier faisait alors face à la justice dans une autre affaire, soit un procès pour menaces de mort contre une femme. Dans sa lettre, le maire montrait un appui inconditionnel à l'homme qui avait travaillé, racontait-il, au sein de son équipe électorale en 2010. M. Lisi en a appelé de sa condamnation.

M. Ford a aussi écrit une lettre de recommandation l'an dernier pour Douglas Sedgewick, un autre homme au passé douteux. La Ville refusait alors de renouveler le permis de ce conducteur de dépanneuse, après qu'il eut roulé à 115 km/h dans une zone où la vitesse permise était de 60 km/h. Son permis a finalement été renouvelé, mais à certaines conditions. M. Sedgewick avait par ailleurs été reconnu coupable de meurtre au second degré dans les années 1980 lors d'un braquage de domicile. Ce dernier a raconté au Toronto Star que sa copine est une amie du maire, affirme que ce dernier était « plus ou moins au courant » de cette condamnation passée.

Certains conseillers municipaux de Toronto ont demandé comment le maire Rob Ford a pu penser qu'il était « approprié » de rédiger des lettres de recommandation pour de tels personnages.

PLUS:rc