NOUVELLES

Le scandale du Sénat risque de s'inviter au congrès des conservateurs

30/10/2013 11:42 EDT | Actualisé 30/12/2013 05:12 EST

À la veille du congrès conservateur, certains députés craignent le mécontentement de leurs militants après les révélations sur le chèque de 13 560 $, puisé à même leurs dons au parti, qui a servi à rembourser les frais d'avocat de Mike Duffy.

Mardi, Stephen Harper a admis que le Parti conservateur avait expédié un chèque pour couvrir les dépenses légales du sénateur. Ce chèque s'ajoute à celui de 90 000 $ qui, selon la version du premier ministre, aurait été signé par son ex-chef de cabinet, Nigel Wright, pour que M. Duffy puisse rembourser des dépenses inappropriées.

Comme les dons aux partis politiques sont déductibles d'impôt, ce sont en partie les contribuables canadiens, et pas seulement les donateurs conservateurs, qui ont financé les frais de justice du sénateur, anciennement conservateur.

Interrogé à son entrée du caucus, le député Brad Trost, de la Saskatchewan, a admis qu'il ne pensait pas que la base militante était contente de savoir à quoi avait servi une portion de ses dons.

Son collègue Steven Fletcher a toutefois insinué que le chèque représentait un bien petit montant comparé à l'ensemble des dons des militants.

« Je parle de dizaine de millions de dollars en dons. Je pense que les gens sont très fiers de donner au Parti conservateur et ils ont le sentiment qu'il s'agit d'un bon investissement pour leur pays », a-t-il soutenu.

Pour un autre député, Tom Lukiwski, on prendra bien vite le pouls de la base militante avec le congrès qui s'ouvre dès jeudi à Calgary. « C'est ce que nous verrons en fin de semaine », a-t-il lancé.

PLUS:rc