NOUVELLES

Débat sur le virage numérique : Arlette Cousture se défend

30/10/2013 12:37 EDT | Actualisé 30/12/2013 05:12 EST

En choisissant de vendre certains de leurs écrits directement sur leur plateforme web, en se passant d'intermédiaires, les auteures à succès Marie Laberge et Arlette Cousture ont provoqué la colère des libraires indépendants et des bibliothécaires, qui les accusent de court-circuiter la chaîne du livre et ce, en plein débat sur la réglementation du prix de vente des livres.

Qu'en disent les principales intéressées?

Pour l'instant, Marie Laberge n'a pas réagi dans les médias.

De son côté, Arlette Cousture, qui se considère comme « technonouille », s'est dite, en entrevue à Radio-Canada avec Jacques Beauchamp, mardi, un peu étonnée de se retrouver seule au milieu de ce tsunami.

Elle invoque la nécessité, pour un auteur comme pour tout travailleur, de protéger ses revenus et elle met du même coup le doigt sur un sujet tabou : l'aspect mercantile de l'écriture.

Un modèle à réinventer?

En se passant des intermédiaires traditionnels pour commercialiser des oeuvres numériques, les deux auteures se sont engouffrées dans un vide juridique.

Pour l'instant, les acteurs du milieu du livre ont choisi de reproduire, pour les livres numériques, le schéma établi pour le livre papier. Mais Richard Prieur, le directeur général de l'Association nationale des éditeurs de livres (ANEL), a expliqué au Devoir que droits numériques et droits papier sont pourtant deux choses différentes.

Selon lui, l'auteur peut choisir de conserver, par exemple, ses droits sur l'édition numérique. Donc, rien n'empêcherait les bibliothèques de négocier directement avec Mme Laberge pour offrir en prêt numérique les oeuvres en question.

L'Union des écrivaines et écrivains québécois (UNEQ), a dit au Devoir ne pas juger ses membres, et souligne que si ces derniers veulent gérer leurs propres affaires, cette décision leur appartient.

Elle souhaite cependant profiter du débat pour relancer la négociation d'une entente-cadre entre les auteurs et les éditeurs. 

 

PLUS:rc