NOUVELLES

Un surplus d'oméga-3 pourrait être dangereux pour la santé

29/10/2013 11:07 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Une consommation excessive d'acides gras oméga-3 pourrait se révéler dangereuse pour la santé, prévient une nouvelle étude à laquelle ont collaboré des chercheurs canadiens.

Une première enquête publiée en 2010 avait découvert que des souris à qui on fournissait une quantité démesurée d'oméga-3 présentaient un risque accru de colite et de déséquilibre du système immunitaire.

D'autres études publiées plus récemment ont associé un taux sanguin élevé d'oméga-3 à un risque plus important de cancer de la prostate et de fibrillation auriculaire, une forme courante d'arrythmie cardiaque.

La nouvelle étude a été réalisée par des chercheurs de l'université Oregon State, en collaboration avec leurs collègues de l'Université de la Colombie-Britannique et grâce au financement de l'Association canadienne du diabète. Les scientifiques ont conclu qu'une consommation excessive d'oméga-3 pourrait empêcher le système immunitaire de répondre adéquatement à une attaque virale ou bactérienne.

Ils admettent toutefois que les quantités d'oméga-3 utilisées lors de ces études sont supérieures à ce qu'un individu normal consomme quotidiennement. Par contre, ils font remarquer que de plus en plus de produits — comme du pain, du lait, du beurre, de l'huile et du jus d'orange — sont enrichis d'acides oméga-3, ce qui augmente les risques d'une consommation excessive par inadvertance.

Les chercheurs répètent qu'il est sage de consommer du poisson, et surtout des poissons gras comme le saumon et le maquereau, deux fois par semaine, mais ils disent s'inquiéter de ces individus qui avaleraient des doses élevées de suppléments d'oméga-3 en plus de consommer du poisson quatre ou cinq fois par semaine.

Les acides gras oméga-3 ont des propriétés anti-inflammatoires qui contribuent notamment à la santé cardiaque. Des études précédentes ont déjà démontré que les oméga-3 sont associés à une réduction du risque de mort cardiaque soudaine et d'autres problèmes cardiovasculaires.

Les conclusions de l'étude sont publiées dans le journal scientifique Prostaglandins, Leukotrienes & Essential Fatty Acids.

PLUS:pc