NOUVELLES

Un tableau spolié par les nazis restitué aux héritiers de son collectionneur

29/10/2013 05:49 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST
PC

Les héritiers d'un marchand d'art juif allemand, spolié sous le régime nazi, ont obtenu mardi la restitution d'un de ses tableaux grâce à une maison de vente aux enchères en Allemagne, selon l'université Concordia.

"On n'a jamais eu une réponse aussi volontaire du marché de l'art en Allemagne pour une demande liée à une oeuvre spoliée", a affirmé à l'AFP Clarence Epstein, directeur du projet de restitution des oeuvres ayant appartenu à Max Stern, à l'université Concordia.

Depuis dix ans, M. Epstein, un historien de l'art, se bat pour rendre justice à Max Stern, un juif allemand contraint par les nazis en 1937 de fermer sa galerie d'art de Dusseldorf et d'écouler à bas prix plus de 400 tableaux pour pouvoir fuir vers l'Angleterre puis le Canada.

Le tableau récupéré mardi par l'université Concordia, exécuteur testamentaire de Max Stern, au nom aussi de l'université McGill de Montréal et de l'université hébraïque de Jérusalem, est du peintre allemand Andreas Achenbach (1815-1910), considéré comme le père de l'école paysagiste allemande du XIXe siècle.

Il faisait partie de tableaux que Stern avait dû vendre en 1937 lors d'une vente aux enchères, organisée par la maison Lempertz de Cologne.

Le tableau devait à nouveau être offert aux enchères à Cologne en mai dernier, cette fois à la maison Van Ham, quand des chercheurs d'une organisation allemande spécialisée dans l'art spolié l'ont reconnu comme une oeuvre de Stern.

Le Bureau des demandes d'indemnisation liées à la Shoah (HCPO) de l'Etat de New York, partenaire du projet de Concordia, a alors contacté la maison Van Ham, qui en a facilité la restitution.

Le propriétaire du tableau, un collectionneur privé, a accepté de le remettre à l'université Concordia.

Deux autres oeuvres de Stern ont aussi été retirées des enchères lors de cette vente, "mais les collectionneurs ont refusé de nous les redonner, malgré les efforts de Van Ham pour nous aider", a précisé M. Epstein. En Allemagne, ces toiles ne peuvent être saisies par la police, car ceux qui les possèdent restent en droit leurs propriétaires légaux, a souligné M. Epstein.

C'est la onzième toile récupérée par les héritiers de Stern, qui en ont repris possession lors d'une cérémonie à l'ambassade du Canada à Berlin.

Plus ambitieux projet institutionnel du genre au monde, le projet Stern surveille de près une quarantaine de tableaux du galeriste avec l'espoir de les récupérer, a rappelé M. Epstein.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.




INOLTRE SU HUFFPOST

Weird Nazi Stuff