«Cher ami». Ainsi commence, de la façon la plus classique, la lettre que Gandhi a écrite à Adolf Hitler le 23 juillet 1939. Quelques lignes pour s'opposer à la guerre, qui pourrait «réduire l'humanité à l'état sauvage». Un conflit que seul le Furher avait le pouvoir d'éviter, comme le dit le Mahatma dans sa lettre. Mais les mots du chantre de la non-violence ne parvinrent jamais à leur destinataire, à cause d'une intervention du gouvernement britannique. Et un peu plus d'un mois plus tard, le monde assistait avec horreur à l'invasion allemande de la Pologne, qui devait entamer la Seconde Guerre mondiale.

letters of note

Peut-être qu'il n'en aurait pas été ainsi si la pensée de l'instigateur du mouvement indépendantiste indien avait pu atteindre le leader nazi. Peut-être que la situation n'aurait pas changé. Ou peut-être que si.

Quoi qu'il en soit, ces mots, écrits noir sur blanc, sont aujourd'hui un trésor inestimable, inscrit dans l'histoire. À l'époque du digital, de la volatilité de pensées limitées à 140 caractères, à un tweet ou à un post sur Facebook, on ne peut qu'être touché par l'obstination d'un homme qui a décidé d'entreprendre un voyage à la découverte des correspondances anciennes.

Des lettres. Écrites à la main ou à la machine. Des notes, des télégrammes. Cent autres documents sont recensés dans le livre «Letters of Note», tiré du blogue du même nom créé par Shaun Usher qui, il y a presque 4 ans, a entamé ses recherches de lettres de personnes connues ou non. Des lettres qui racontent des histoires. Qui éveillent la curiosité sur des personnages qui ont marqué une époque. Qui révèlent la nature de décisions, faits, événements ou de simples particularités inhérentes à une époque.

Le texte continue après le diaporama
Loading Slideshow...
  • Gandhi écrit à Hitler

    «Cher ami, Mes amis m'ont convaincu de t'écrire pour le bien de l'humanité. Mais j'ai résisté à leurs requêtes, parce que j'avais la sensation qu'une lettre de ma part t'importunerait. Mais quelque chose me dit que je dois éviter de calculer et que je dois te faire parvenir mon appel quel qu'en soit le prix. Il est assez clair que tu es aujourd'hui la seule personne au monde à pouvoir empêcher une guerre pouvant réduire l'humanité à l'état sauvage. Es-tu prêt à payer ce prix pour atteindre ton objectif, aussi précieux soit-il? Écouteras-tu l'appel d'un homme qui a délibérément évité la solution de la guerre non sans un certain succès? En tout cas, je te fais mes excuses par avance si j'ai commis une erreur en t'écrivant. Ton ami sincère. M. K. Gandhi»

  • Virginia Woolf à Leonard Woolf, 28 mars 1941

    «Très cher, Je suis certaine que tu as encore perdu ta patience. Je sens bien qu'il nous sera impossible d'éviter un autre de ces moments terribles. Et je ne me repentirai pas cette fois-ci. Je commence à entendre les voix et ne parviens pas à me concentrer. Ainsi je reste pour faire ce qui me semble la meilleure chose à faire. Tu m'as donné le plus grand bonheur possible. Tu as été tout ce qu'on peut attendre de quelqu'un. Je ne crois pas que deux personnes aurait pu être plus heureuses jusqu'à cette terrible maladie qui m'a frappée. Je n'arrive plus à me battre. je sais que je te gâche la vie, que sans moi tu pourrais travailler. Et tu sais que je le sais. Je n'arrive plus non plus à écrire correctement. Je n'arrive plus à lire. Ce que je veux te dire c'est que je te dois tout mon bonheur. Tu as été patient avec moi et incroyablement bon. Si quelqu'un avait pu me sauver, ça aurait été toi. Je suis dépourvue de tout, mais pas de la certitude de ta bonté. je ne peux pas continuer à ruiner ta vie. Je ne crois pas que deux personnes pourraient être plus heureuses que nous l'avons été, toit et moi. V.»

  • Trois fans d'Elvis Presley au président Eisenhower

    «Cher président Eisenhower, Mes amies et moi vous écrivons du Montana. Nous pensons qu'envoyer Elvis Presley à l'armée est déjà une très mauvaise idée, mais si vous coupez ses pâtes, nous allons mourir! Vous ne savez pas ce que nous ressentons pour lui, je ne vois vraiment pas pourquoi vous devez l'envoyer à l'armée, mais nous vous implorons, par pitié, ppar pitié, ne lui coupez pas les cheveux, par pitié ne faites pas ça! Si vous le faites, nous allons mourir! Adoratrices d'Elvis Presley Linda Kelly Sherry Bane Mickie Mattson Presley Presley C'est notre cri P-R-E-S-L-E-Y»

  • Iggy Pop répond à sa fan Laurence

    «Chère Laurence, Merci pour cette lettre splendide. Elle a illuminé ma vie fade. J'ai lu tout ce que tu m'as écrit, ma chère. Naturellement, j'aimerais te voir dans ta robe noire et tes chaussettes blanches. Mais par-dessus tout j'aimerais te voir prendre une grande bouffée d'air et faire le nécessaire pour survivre et trouver des choses inspirantes dans ta vie. Tu es une fille brillante avec un grand cœur et je veux te souhaiter (en retard) un JOYEUX JOYEUX JOYEUX 21è anniversaire et de la joie dans ton âme. Moi aussi j'étais désespéré et je luttais énormément le jour de mon 21è anniversaire. Les gens me huaient quand j'étais sur scène et j'habitais chez quelqu'un que je en connaissais pas. J'avais peur. j'ai parcouru beaucoup de chemin depuis lors, laroute a été longueet la pression ne retombe ne retombe jamais dans cette vie. ''Perforation problems" signifie pour moi qu'il y a toujours des trous dans chaque épisode de la vie. Résiste, mon amour, et deviens grande et forte. Pare les coups et va de l'avant. Tout mon amour à une fille réellement magnifique. À toi Laurence. Iggy Pop»

  • Steve Martin répond à son fan

    «Une lettre personnalisée de Steve Martin Cher Jerry, Quel plaisir j'ai ressenti en recevant ta lettre. Même si mon emploi du temps est très chargé, j'ai décidé de prendre le temps de t'écrire une réponse personnalisée. les artistes ont trop tendance à perdre le contact avec leur public et pensent que leur présence leur est acquise, mais je ne pense pas que ça m'arrivera un jour, pas vrai Jerry? Je ne sais pas quand je pourrai venir par chez toi, mais garde une couchette au cas où je viendrais te rendre visite à Flint. Sincères salutations, Steve Martin P.S.: Je me rappellerai toujours avec tendresse cet après-midi que nous avons passé ensemble à Rio, à marcher le long de la plage.»

«Tu m'as donné le plus grand bonheur possible. Tu as été tout ce qu'on peut attendre de quelqu'un. Je ne crois pas que deux personnes auraient pu être plus heureuses jusqu'à cette terrible maladie qui m'a frappée. Je n'arrive plus à me battre. je sais que je te gâche la vie, que sans moi tu pourrais travailler. Et tu sais que je le sais. Je n'arrive plus non plus à écrire correctement. Je n'arrive plus à lire. Ce que je veux te dire c'est que je te dois tout mon bonheur. Tu as été patient avec moi et incroyablement bon. Si quelqu'un avait pu me sauver, ça aurait été toi. Je suis dépourvue de tout, mais pas de la certitude de ta bonté. Je ne peux pas continuer à ruiner ta vie. Je ne crois pas que deux personnes pourraient être plus heureuses que nous l'avons été, toit et moi», a écrit Virginia Wolf à son mari Leonard dans la lettre qu'elle a déposée sur le rebord de la cheminée de leur maison avant de s'ôter la vie le soir du 28 mars 1941. Un adieu déchirant.

Ou encore la lettre que des admirateurs d'Elvis Presley ont envoyée à la Maison-Blanche, adressée au président Eisenhower, quand le 24 mars 1958, «lundi noir», est diffusée la nouvelle que le King était appelé au service militaire. «Cher président Eisenhower,
mes amies et moi vous écrivons du Montana. Nous pensons qu'envoyer Elvis Presley à l'armée est déjà une très mauvaise idée, mais si vous coupez ses pâtes, nous allons mourir!»


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.