NOUVELLES

Les juges au procès de Frères musulmans se retirent en Égypte

29/10/2013 06:25 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

CAIRE, Égypte - Les juges au procès d'une trentaine de membres des Frères musulmans en Égypte, incluant le principal dirigeant, se sont retirés, mardi, après que des agences de sécurité eurent refusé de laisser les accusés assister aux audiences, ont indiqué des responsables judiciaires.

Il s'agit d'un recul majeur des instances judiciaires quant à ce procès.

Les Frères musulmans soutiennent que ces vastes poursuites contre ses leaders, incluant le président écarté Mohammed Morsi et le leader du mouvement Mohammed Badie, sont des actes de vengeance dissimulés sous la forme de procès.

Une coalition islamiste menée par les Frères musulmans a affirmé que Mohammed Morsi a refusé de nommer un avocat pour le représenter à son procès distinct, qui doit s'amorcer le 4 novembre. L'ancien président aurait dit ne pas reconnaître la légitimité du tribunal ou du système politique en place.

Les deux procès s'attardent à des accusations d'incitation à la violence meurtrière.

Le nouveau pouvoir en Égypte soutenu par les militaires procède à une série de procès contre les Frères musulmans depuis le coup de force du 3 juillet ayant écarté Mohammed Morsi.

Les autorités tentent par ces procédures de montrer que les Frères musulmans ont alimenté la violence durant la présidence d'un an de Mohammed Morsi et après le coup de force — et ainsi avoir la légitimité des tribunaux pour emprisonner ses leaders.

Les trois juges au procès de Badie et de 34 autres membres de l'organisation n'ont pas précisé les motifs de leur retrait, disant simplement dans une déclaration ne pas se sentir à l'aise quant aux procédures.

PLUS:pc