NOUVELLES

Le défenseur de l'Impact Jeb Brovsky meurt d'envie de revenir au jeu

29/10/2013 02:13 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Jeb Brovsky va fort probablement revenir au jeu lors du match éliminatoire que l'Impact disputera jeudi à Houston. Et ce n'est pas trop tôt en ce qui concerne le défenseur latéral gauche.

Brovsky a raté les quatre dernières rencontres du club montréalais en saison régulière en raison d'une fracture à un orteil. Il était jusque-là un des joueurs les plus utilisés par l'entraîneur Marco Schällibaum, alors que l'Américain de 24 ans a amorcé 29 des 30 matchs auxquels il a pris part cette année. Même s'il a subi une triple fracture au nez en première moitié de campagne, il a disputé les 90 minutes d'une rencontre à 28 reprises.

Loin de considérer son repos forcé comme salutaire, Brovsky a affirmé que cela s'est révélé une véritable torture pour lui de regarder ses coéquipiers se qualifier de peine et de misère pour les séries de la MLS.

«Non, ce n'était pas salutaire du tout, a-t-il affirmé en fixant son interlocuteur droit dans les yeux, d'un regard sévère. C'était probablement la situation la plus frustrante que j'ai connue depuis le début de ma carrière dans les rangs professionnels.

«Voir l'équipe baisser de régime comme elle l'a fait... C'est déjà une drôle de sensation quand tu joues. Mais quand tu dois regarder ça des lignes de touche, ça te ronge de l'intérieur.»

En revanche, Brovsky se dit encore plus affamé qu'il ne l'était avant sa blessure.

«Ç'a fait naître en moi une petite colère qui va m'inciter à jouer avec plus d'ardeur encore.»

Brovsky semble avoir de bonnes chances de mettre fin à son cauchemar puisqu'il s'est aligné avec l'équipe première de l'Impact pendant le jeu simulé de la séance d'entraînement, mardi, au Complexe sportif Claude-Robillard. Il a alors occupé son poste habituel à gauche, à la place de Karl W. Ouimette. Il était aux côtés de Wandrille Lefèvre, Matteo Ferrari et Hassoun Camara.

«La décision reviendra aux entraîneurs. Je serai prêt s'ils font appel à moi», a dit Brovsky, en répétant des paroles qu'il a plusieurs fois prononcées ce dernier mois, même s'il n'était pas vraiment remis.

Le milieu de terrain était quant à lui composé, de droite à gauche, de Justin Mapp, Collen Warner, Hernan Bernardello et Andrea Pisanu. Andrew Wenger jouait en soutien à Marco Di Vaio à l'attaque.

Le défenseur Nelson Rivas s'est de nouveau entraîné avec ses coéquipiers, au sein de la deuxième formation. Patrice Bernier, qui se remet d'une blessure à la hanche, et Felipe en faisaient partie comme milieux de terrain.

Le visage du onze partant pourrait toutefois changer d'ici jeudi. Le onze montréalais tiendra un entraînement à huis clos au stade Saputo, mercredi, avant de se diriger vers Houston.

La direction de l'Impact a décidé de faire le voyage au Texas la veille du match seulement, et non deux jours avant comme ç'a été le cas au début du mois.

L'entraîneur-adjoint Mauro Biello a expliqué qu'en raison du mauvais temps qu'il fera à Houston — les probabilités de pluie et d'orages s'élèvent à 100 pour cent mercredi et jeudi —, l'équipe a préféré rester à Montréal.

Et ce, même si cela signifiait de s'entraîner avec tuques et mitaines, comme ç'a été le cas mardi.

«Ici, il y a du soleil au moins, a noté Biello. Et on ne voulait pas aller là-bas et commencer tout de suite à baigner dans la pression du match.»

Camara a livré un discours avant l'entraînement afin d'inciter ses coéquipiers à voir la situation de l'Impact d'un oeil plus optimiste que la veille.

«J'ai décidé de prendre la parole mais c'était du positif, a indiqué Camara. On a eu de la difficulté vers la fin, mais je pense que pas mal d'équipes ont eu de la difficulté vers la fin aussi. Et je peux vous dire que Houston n'est pas une équipe sereine du tout.

«Il faudra donc en profiter et y aller sans aucune crainte, en déployant notre jeu et en étant sûr de nos forces, a affirmé le vétéran défenseur.

«Chacun a envie de faire un gros match à Houston. Je peux vous dire que si on revient au stade Saputo face à New York, ça pourrait être quelque chose de grand», a ajouté Camara en faisant allusion aux Red Bulls, l'équipe qu'affonterait l'Impact en demi-finale d'association s'il bat le Dynamo.

PLUS:pc