NOUVELLES

La poursuite en diffamation du premier ministre haïtien est réglée

29/10/2013 11:50 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

MIAMI - Le premier ministre haïtien s'est entendu avec le journaliste américano-haïtien qu'il poursuivait pour diffamation.

Les avocats des deux parties affirment avoir remporté une victoire.

Le premier ministre Laurent Lamothe et l'homme d'affaires floridien Patrice Baker avaient intenté des poursuites contre Léo Joseph en septembre 2012, concernant des articles parus dans la publication new-yorkaise Haïti-Observateur.

Les deux hommes prétendaient que M. Joseph savait que sa couverture de l'acquisition, par le gouvernement haïtien, de la firme de télécommunications Haitel contenait des propos erronés et diffamatoires à leur endroit.

Incapable de payer ses dettes, Haitel a fermé ses portes l'an dernier avant d'être rachetée par le gouvernement.

Un réglement accepté lundi par le juge John O'Sullivan met fin à cette affaire.

Un autre juge fédéral avait donné raison à MM. Lamothe et Baker en février, en interdisant à M. Joseph de jamais écrire de nouveau à leur sujet. Puis, en avril, la juge Ursula Ungaro avait renversé cette décision et ordonné aux deux hommes de déposer une plainte plus détaillée.

«Après tout cela, (le premier ministre) se retrouve seulement avec un réglement qui verra M. Joseph publier une déclaration d'une personne qui a raconté plusieurs versions différentes de la même histoire», a dit l'avocat de M. Joseph, Scott Ponce.

Le réglement impose à M. Joseph de publier, la semaine prochaine, une déclaration assermentée d'une source citée dans sa couverture d'Haitel, a ajouté Bertrand Madsen, un des avocats de MM. Lamothe et Baker.

La déclaration de Michael Charles, le fondateur et partenaire de la firme d'investissement Nord Citadel Capital, confirme que «ce que Joseph a écrit était entièrement faux», a dit M. Madsen.

Dans sa déclaration, M. Charles affirme qu'aucun membre du gouvernement haïtien n'a jamais participé aux discussions concernant une vente éventuelle d'Haitel. Il ajoute qu'il s'est brièvement entretenu avec M. Joseph concernant une entrevue qui n'a jamais eu lieu, et qu'un autre article de M. Joseph qui incluait Nord Citadel «a complètement mal présenté les événements qui se sont déroulés».

Les avocats de MM. Lamothe et Baker considèrent que la déclaration de M. Charles correspond à la preuve présentée dans ce dossier.

«Depuis le début de cette poursuite, le premier ministre et M. Baker ne cherchent pas à obtenir de l'argent. Ils veulent la vérité. Ils voulaient que M. Joseph se rétracte, et maintenant le tribunal lui impose de publier la déclaration de M. Charles. La vérité a été rétablie», a dit M. Madsen, en soulignant que la décision n'accorde aucun dédommagement monétaire à qui que ce soit.

PLUS:pc