NOUVELLES

La FMOQ veut améliorer l'accès aux soins de première ligne

29/10/2013 11:25 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

Même si la situation s'est améliorée au cours des deux dernières années, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) juge qu'il y a encore beaucoup de travail à accomplir pour favoriser l'accès des Québécois à un médecin de famille et à des soins de première ligne.

La FMOQ a présenté mardi les recommandations de son Groupe de travail sur l'accessibilité aux soins de première ligne. Le président, le Dr Louis Godin, fixe deux grands objectifs pour les prochaines années. Il souhaite « que les Québécois inscrits auprès d'un médecin de famille puissent obtenir une consultation médicale auprès de ce dernier en moins de trois jours, et que tous les Québécois, inscrits ou non auprès d'un médecin de famille, aient accès à un médecin omnipraticien en moins de 24 heures pour une consultation semi-urgente. »

Pour atteindre ces objectifs, la FMOQ recommande aux médecins de famille de prévoir des périodes spécifiques dans leur horaire quotidien pour recevoir leurs patients qui ont besoin d'une consultation urgente ou semi-urgente. « Si vous avez un médecin de famille, il doit être en mesure de vous recevoir dans des délais plus courts », affirme le Dr Godin, qui estime que chaque année, de 500 à 600 000 patients se présentent à l'urgence avec un problème mineur qui pourrait être réglé par un médecin omnipraticien.

La FMOQ reconnaît toutefois que les médecins doivent être soutenus dans leur pratique, et compte notamment sur le travail des infirmières. La Fédération envisage également certaines modifications à la rémunération de ses membres.

L'accès à tous

La Fédération propose également la création d'une centaine d'unités d'accès populationnel (UAP) à travers la province. Ces unités, dirigées par un médecin assisté d'une infirmière, doivent permettre aux patients d'obtenir une consultation pour un problème semi-urgent en moins de 24 heures, même s'ils n'ont pas de médecin de famille. Les UAP seront ouvertes 12 heures par jour en semaine et 8 heures par jour la fin de semaine, et seront pour la plupart intégrées aux structures déjà existantes.

Le Dr Godin juge que ces deux mesures peuvent être mises en œuvre d'ici deux ans. « Les médecins de famille sont prêts à faire les choses différemment, ils sont prêts à en faire plus », a-t-il affirmé en conférence de presse. Pour y arriver, il demande notamment le soutien du ministère de la Santé et de la communauté médicale.

Malgré ses recommandations, la FMOQ juge que l'accessibilité aux soins de santé s'est grandement améliorée en deux ans. Elle estime qu'un demi-million de Québécois supplémentaires ont maintenant accès à un médecin de famille.

PLUS:rc