NOUVELLES

Des malfaiteurs volent 50 millions $ US en Libye

29/10/2013 10:10 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

TRIPOLI, Libye - Des hommes armés se sont emparés de plus de 50 millions $ US après avoir attaqué un camion de la banque centrale libyenne sur une autoroute à l'est de Tripoli, une attaque qui témoigne de l'impuissance du gouvernement central.

Un responsable a expliqué à l'Associated Press que le camion, qui n'était pas protégé par des gardes, a été intercepté près de la ville de Sirte en fin de journée lundi.

L'agence officielle LANA cite plutôt un dirigeant de la banque selon qui le camion était escorté par quelques gardes qui prenaient place dans une voiture. Ils auraient toutefois été impuissants à résister à la dizaine de malfaiteurs, qui ont frappé au moment où le camion circulait entre l'aéroport de Sirte et la branche locale de la banque centrale.

Le camion transportait aussi bien des devises étrangères que des dinars libyens. L'agence LANA précise qu'il contenait 40 millions $ US en dinars et au moins 12 millions $ US en devises étrangères, sans spécifier lesquelles. Un autre responsable a évoqué 10 millions $ en dollars américains et entre deux et cinq millions d'euros.

LANA cite un responsable de la sécurité de Sirte, le colonel Khaled al-Akari, qui affirme que toutes les issues de la ville ont été scellées pour tenter de coincer les voleurs. Sirte est une ancienne place-forte du régime de Mouammar Kadhafi, et c'est à cet endroit que l'ancien dictateur a été capturé et tué en octobre 2011.

La Libye n'a pas de force policière centrale et son armée nationale est faible. Le gouvernement doit se fier aux milices qui ont mené à la chute du régime Kadhafi mais qui, aujourd'hui, ont souvent des allégeances politiques divergentes.

Ailleurs, dans la ville de Benghazi, des hommes armés ont ouvert le feu contre cinq hommes qui participaient à une manifestation assise. Deux des manifestants ont été tués et trois blessés.

Les cinq hommes dénonçaient l'assassinat, en 2011, de l'ancien chef d'état-major Abdel-Fatah Younis, l'ancien ministre de l'Intérieur du régime Kadhafi qui avait rejoint les rangs de l'insurrection.

PLUS:pc