TORONTO - Le niveau d'endettement est à la hausse partout au Canada et le nombre de Canadiens qui se déclarent libres de dettes est à la baisse.

Le plus récent sondage de RBC (TSX:RY) sur l'endettement démontre que moins du quart des Canadiens, soit 24 pour cent, sont maintenant libres de dettes, une diminution comparativement à 26 pour cent en 2012.

Pendant ce temps, le nombre de personnes endettées a augmenté, le montant moyen des dettes personnelles non hypothécaires ayant atteint 15 920 $ en 2013, une hausse comparativement à 13 141 $ en 2012.

Devant ces situations, l'étude que RBC publie mardi démontre que les Canadiens restreignent leurs dépenses en repoussant les achats importants, notamment les vacances et les véhicules.

C’est l’endettement personnel des résidants de l’Alberta qui a le plus augmenté, à plus de 24 000 $, comparativement à 14 881 $ l’année dernière.

La plus faible hausse de l’endettement, d’à peine 287 $, a été relevée au Québec. Le montant total moyen des dettes n’y est que de 10 458 $.

Kim Taylor, directrice générale, Prêts aux particuliers, RBC, estime que malgré l'accroissement du niveau d'endettement global, il y a chez les Canadiens une tendance à la responsabilisation en matière de dettes.

Le sondage a été mené en ligne par Ipsos Reid du 22 au 27 août 2013 auprès d'un échantillon de 2108 Canadiens d'âge adulte. Il comporte une marge d'erreur de plus ou moins 2 pour cent, 19 fois sur 20.

À VOIR AUSSI:

Loading Slideshow...
  • 8: Québec: 22 %

  • 8: Québec: 22 %

    Avec une hausse de 22 % de l'écart entre les plus riches et les plus pauvres, la ville de Québec enregistre la plus faible croissance des inégalités parmi les grandes villes canadiennes. Toutefois, Québec a enregistré une baisse de revenus dans 6 quartiers sur 10 entre 1980 et 2005, l'une des plus importante au pays.

  • 7: Winnipeg: 31,5 %

  • 7: Winnipeg: 31,5 %

    Winnipeg a enregistré une hausse de 31,5 % de l'écart entre riches et pauvres entre 1980 et 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus fondre de 7,6 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 24 %.

  • 6: Montréal: 34 %

  • 6: Montréal: 34 %

    L'écart entre riches et pauvres à Montréal a grimpé de 34 % à Montréal de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 10 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 24 %.

  • 5: Vancouver: 36,5 %

  • 5: Vancouver: 36,5 %

    L'écart entre riches et pauvres à Vancouver a grimpé de 36,5 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 10,5 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 26 %.

  • 4: Ottawa: 37 %

  • 4: Ottawa: 37 %

    L'écart entre riches et pauvres à Ottawa a grimpé de 37 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu néanmoins leurs revenus grimper de 1,3 %, mais les 10 % les plus riches ont enregistré une hausse de revenus de 36 %.

  • 3: Edmonton: 39 %

  • 3: Edmonton: 39 %

    L'écart entre riches et pauvres à Edmonton a grimpé de 39 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 7,8 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 31,5 %.

  • 2: Toronto: 68 %

  • 2: Toronto: 68 %

    L'écart entre riches et pauvres à Toronto a grimpé de 68 % de 1980 à 2005. Les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser de 5,5 %, tandis que les 10 % les plus riches enregistraient une hausse de revenus de 62,5 %.

  • 1: Calgary: 81 %

  • 1: Calgary: 81 %

    Avec une hausse de écart entre riches et pauvres de 81 %, Calgary remporte la palme de la ghettoïsation. Selon les chercheurs, la hausse des revenus dans les quartiers les plus riches n'a pas entraîné les quartiers les plus pauvres vers de meilleurs revenus.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.