NOUVELLES

Assurance autonomie: la CSN redoute la privatisation des soins aux aînés

29/10/2013 04:14 EDT | Actualisé 29/12/2013 05:12 EST

QUÉBEC - Avec son livre blanc sur l'assurance autonomie, le gouvernement Marois tente de privatiser en douce les soins aux aînés, estime la CSN.

En point de presse avant son passage en commission parlementaire, mardi, la centrale syndicale a condamné la volonté du gouvernement de confier certains services destinés aux aînés en perte d'autonomie _ hygiène corporelle, aide à l'habillement, contrôle de la prise des médicaments _ à des entreprises d'économie sociale en aide domestique ou à des résidences privées pour personnes âgées.

Ces services, actuellement offerts gratuitement par des auxiliaires familiales par le biais des CLSC, doivent demeurer dans le giron public pour en assurer la qualité, a soutenu le vice-président de la CSN, Jean Lacharité.

«Les aînés ne paient pas actuellement pour les soins d'hygiène reçus des mains des 5000 auxiliaires familiales et sociales. (...) En transférant ces services à des entreprises d'économie sociale en aide domestique, le livre blanc imposerait une tarification aux aînés», peut-ton lire dans le mémoire de la CSN.

Si le virage vers les soins à domicile apparaît nécessaire, «il ne doit pas se faire au détriment des services publics. Rien ne justifie que les services liés aux activités quotidiennes soient sous-traités. Le dogme du déficit zéro teinte la réforme», a dénoncé M. Lacharité.

La centrale reproche au ministre de la Santé, Réjean Hébert, de vouloir faire des économies sur le dos des aînés en sous-traitant des soins avec des entreprises qui offrent des conditions de travail minimales, une formation à l'avenant et affichent des taux de roulement de personnel élevé.

Ainsi, non seulement la qualité des soins est compromise, mais la stabilité et la continuité des relations entre les intervenants et les personnes âgées le sont tout autant, a fait valoir M. Lacharité.

La CSN demande au gouvernement de renoncer à la sous-traitance et d'injecter au moins 500 millions $ supplémentaires dès 2014 pour le soutien à domicile des aînés. Elle suggère aussi une hausse de l'impôt des particuliers et de la charge fiscale des employeurs avec une taxe sur les bénéfices. Aux yeux de la centrale, la création d'une caisse d'assurance autonomie ne sera acceptable que si son financement est public et exclu toute tarification à l'usager.

En matinée, devant les membres de la commission, l'Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux (AQESSS) a pour sa part salué le livre blanc du ministre Hébert et sa proposition d'assurance autonomie.

Compte tenu du vieillissement accéléré de la population, le virage vers le soutien à domicile est «incontournable», selon la directrice générale de l'AQESSS, Diane Lavallée.

À son avis, les Québécois devront inévitablement se résoudre à payer davantage dans un avenir rapproché pour assurer le bien-être des aînés désireux de rester à la maison.

«On n'a pas de proposition spécifique. Est-ce que ça pourrait être une taxe additionnelle? Une taxe dédiée? Il va falloir trouver de l'argent neuf et assurer l'équité intergénérationnelle. On ne pourra pas développer nos services davantage avec les ressources que l'on a. Les besoins vont croître au cours des 15 prochaines années», a souligné Mme Lavallée.

L'assurance autonomie que propose le livre blanc couvrirait le coût de divers services à domicile incluant, par exemple, les soins infirmiers, la préparation des repas, les courses, la lessive et le ménage.

Si tout va comme l'espère le gouvernement du Parti québécois, l'assurance sera implantée à partir de 2014 pour les personnes âgées, 2015 pour celles avec des déficiences physiques et 2016 pour les déficients intellectuels adultes.

Pour les cinq premières années, la caisse serait financée à même les budgets alloués aux soins de longue durée. Mais il faudrait injecter de 150 millions $ à 200 millions $ de plus chaque année pour supporter le coût du programme au terme de l'année financière 2017-2018.

PLUS:pc