NOUVELLES

L'Équipe Denis Coderre défend son intégrité

28/10/2013 03:06 EDT | Actualisé 27/12/2013 05:12 EST

Cinq candidats de l'Équipe Denis Coderre ont défendu lundi les mesures « concrètes » mises de l'avant par le parti pour mettre un terme à la corruption et à la collusion présentes à l'Hôtel de Ville, ainsi que le fait qu'ils n'auraient jamais rejoint cette formation s'ils n'avaient pas eu une entière confiance en son intégrité.

Parlant à tour de rôle, Anie Samson, Chantal Rouleau, Philippe Schnobb, Françoise Stanton et Sébastien Dhavernas ont expliqué les raisons pour lesquelles ils croient en Denis Coderre et en son équipe.

Après avoir mentionné les qualités de meneur de M. Coderre, Anie Samson, codirectrice de sa campagne, a assuré qu'elle n'aurait jamais rejoint une équipe qui aurait pu être, de loin ou de près, entachée par la corruption.

« Dans notre équipe, c'est tolérance zéro. Ceux qui ont péché paieront pour leurs délits, s'il y en a. Pour le moment, dans notre équipe, il n'y en a aucun. Et c'est pour ça qu'on les a choisis, triés sur le volet », a lancé la candidate à la mairie de l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension.

Catégorique elle aussi, la candidate à la mairie d'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Chantal Rouleau, a affirmé que c'était pour elle « un engagement formel » d'éradiquer la corruption et la collusion de Montréal.

« Maintenant, on met en place ce qu'il faut pour corriger cette situation-là et faire de Montréal une vraie métropole », a-t-elle déclaré.

Quant à Philippe Schnobb, qui brigue le poste de conseiller de la Ville dans le district de Saint-Jacques, dans l'arrondissement de Ville-Marie, il a rappelé les « outils » que promet d'utiliser l'Équipe Denis Coderre pour assainir les mœurs montréalaises : la nomination par le conseil municipal d'un inspecteur général indépendant, la réduction du recours à la sous-traitance et la rotation des postes des hauts fonctionnaires municipaux.

À cette liste, la candidate pour le poste de conseillère de la Ville pour le district Marie-Victorin, Françoise Stanton, a ajouté l'abolition de la règle du plus bas soumissionnaire. Mme Stanton, ancienne journaliste à Radio-Canada, a aussi tenu à souligner qu'après 30 ans « à dénoncer les injustices, les malversations, la mauvaise administration, je ne vais pas me joindre à une équipe qui va retomber dans les mêmes ornières ».

De son côté, Sébastien Dhavernas, candidat comme conseiller de la Ville dans Verdun, a également fait une profession de foi en faveur de son chef et de son équipe.

« Les électeurs de Montréal savent très bien que ça prend quelqu'un d'expérimenté, qui connaît les rouages des gouvernements pour aller justement établir ces nouvelles façons de faire de la politique à Montréal. Si j'ai embarqué là-dedans, c'est parce que j'ai été profondément choqué par ce qui s'est passé à Montréal depuis quelques années. Et jamais, au grand jamais, je ne me serais embarqué dans cette aventure avec l'Équipe Denis Coderre si j'avais le moindre doute que nous sommes l'équipe la mieux placée pour aller de l'avant à Montréal et régler ce problème une fois pour toutes ».

PLUS:rc