NOUVELLES

Les candidats à la mairie de Montréal et la transparence

28/10/2013 03:29 EDT | Actualisé 27/12/2013 05:12 EST

À la demande de Québec Ouvert, une initiative citoyenne non partisane qui promeut l'accès aux données, les quatre principaux candidats à la mairie de Montréal ont accepté de répondre à un questionnaire portant sur leurs engagements en matière de transparence.

Un texte de Melanie Julien

Résultat : peu importe qui sera élu le 3 novembre, « il y aura un véritable changement de culture à la Ville de Montréal », affirme Jonathan Brun, cofondateur de Québec Ouvert.

« Nous sommes contents que les quatre candidats aient répondu au questionnaire, ce qui démontre beaucoup plus de transparence qu'on ait jamais eue à l'hôtel de ville de Montréal », indique M. Brun.

Toutefois, « nous sommes déçus que Denis Coderre ne se soit pas engagé sur autant de choses que les autres candidats, d'autant plus qu'il est le meneur dans la course » à la mairie.

Les quatre principaux candidats seraient prêts à rendre obligatoire la webdiffusion des séances du comité exécutif. Denis Coderre est cependant le seul à ne pas prendre l'engagement de webdiffuser toutes les séances du conseil municipal et des arrondissements.

Concernant l'attribution des contrats municipaux, Marcel Côté, Mélanie Joly et Richard Bergeron promettent de publier sans délai les informations suivantes :

  • La liste des appels d'offres;
  • La liste des soumissionnaires ayant répondu, y compris le montant de l'offre et les détails pertinents de l'offre;
  • Toutes les modifications au contrat ainsi que les dépenses supplémentaires;
  • La liste des sous-traitants participant aux projets approuvés;
  • Les changements de zonage et les propositions de changement de zonage.

Denis Coderre s'engage également en ce sens, mais se distingue du lot en refusant de publier les détails pertinents de l'offre et la liste des sous-traitants participant aux projets approuvés.

Marcel Côté, Mélanie Joly, Denis Coderre et Richard Bergeron sont tous favorables à ce que l'ordre du jour des conseils municipaux et d'arrondissement, ainsi que des rencontres du comité exécutif, soient rendus publics au moins 48 heures à l'avance.

Ils sont toutefois partagés quant à la proposition voulant que les élus doivent déclarer publiquement la liste des rencontres tenues dans l'exercice de leur fonction. Mélanie Joly est « complètement en accord », Richard Bergeron est « plutôt en désaccord », Marcel Côté se dit « favorable » et Denis Coderre n'est « ni pour ni contre ».

Les quatre candidats s'engagent aussi à prendre ces mesures rapidement s'ils sont élus au prochain scrutin :

  • Tenir un relevé de scrutin pour tous les votes qui ont lieu au conseil de ville et d'arrondissements;
  • Publier les votes;
  • Publier les présences des élus aux conseils de ville et d'arrondissements;
  • Publier une liste de toutes les dépenses du bureau du maire.

L'initiative de Québec Ouvert s'est inscrite dans le cadre du projet Je vote pour la transparence, qui visait à inciter les candidats à l'élection municipale à s'engager en faveur de la transparence.

« Comme le démontrent si bien les travaux de la commission Charbonneau, les deniers publics font trop souvent l'objet de fraude et d'abus. Avec un taux de participation de seulement 39 % aux dernières élections municipales montréalaises, les citoyens doivent se mobiliser s'ils veulent améliorer leur ville », conclut Jonathan Brun.

PLUS:rc