NOUVELLES

La NSA aurait espionné des millions d'appels téléphoniques en Espagne

28/10/2013 07:57 EDT | Actualisé 28/12/2013 05:12 EST

La National Security Agency (NSA) américaine aurait surveillé 60,5 millions d'appels téléphoniques en Espagne en l'espace de moins d'un mois, entre le 10 décembre 2012 et le 8 janvier 2013, selon le quotidien espagnol El Mundo.

Le journal se fonde sur l'un des documents qu'a accepté de lui transmettre le journaliste Glenn Greenwald, qui les a lui-même obtenus d'Edward Snowden, ancien sous-traitant des services de renseignement des États-Unis.

D'après El Mundo, cette surveillance ne semblait pas porter sur le contenu des appels, mais sur leur durée et leur localisation.

Le journal Le Monde avait fait état d'informations similaires au sujet de la France lundi dernier, tandis que les États-Unis sont soupçonnés d'avoir surveillé le téléphone de la chancelière allemande Angela Merkel.

À la suite de ces révélations, l'Allemagne et la France ont exhorté l'Union européenne à réclamer un « accord de non-espionnage » avec les États-Unis, similaire à celui que Berlin et Paris tentent d'obtenir de Washington. L'Espagne s'est opposée à cette initiative vendredi lors d'un sommet européen à Bruxelles.

« Nous verrons une fois que nous aurons plus d'informations si nous décidons de nous joindre à la France et à l'Allemagne », a dit le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, vendredi à Bruxelles.

« Ce ne sont pas des décisions qui concernent l'Union européenne, mais des questions qui relèvent de la sécurité nationale et de la responsabilité exclusive des États membres. La France et l'Allemagne ont décidé de faire une chose et nous autres pourrions décider de faire la même chose ou autre chose », a-t-il ajouté.

Le secrétaire d'État espagnol aux Affaires européennes doit rencontrer à cet effet ce lundi l'ambassadeur des États-Unis en Espagne.

Reuters

PLUS:rc