NOUVELLES

Des concepteurs de costumes remarquables

28/10/2013 03:46 EDT | Actualisé 27/12/2013 05:12 EST

Maude Audet, Élène Pearson et Sébastien Dionne ont tous trois été remarqués pour l'excellence de leur travail en tant que costumiers de théâtre. Ils sont en nomination dans le cadre des Prix d'excellence des arts et de la culture 2013.

Pour la costumière Maude Audet, il s'agit d'une troisième nomination, après Macbett en 2010 et Tableau d'une exécution, en 2009.

Son travail pour l'extravagante pièce Le Bras canadien et autres vanités cette année lui vaut sa nomination pour Le prix du fonds du théâtre du Vieux-Québec.

« Pour ce projet-là, c'était assez étrange. On avait choisi une direction costumes très populaires, monsieur, madame tout le monde, versus costumes sex shop, alors ça donnait quelque chose de très étrange, hétéroclite », relate la costumière.

« On n'a pas été dans la confection de costumes, ça a été vraiment de la trouvaille, ça a été un travail de recherche : sous-sol d'église, Village des valeurs, marchés aux puces, turcs comme ça », précise-t-elle.

Les costumes se sont démarqués en accompagnant la folie à laquelle se prêtait la pièce.

En ce qui concerne le créateur Sébastien Dionne, il est en nomination pour la quatrième fois aux Prix de la culture. Il a déjà remporté le Prix du fonds du théâtre du Vieux-Québec en 2011 pour la conception des costumes de la pièce La Locandiera. Cette fois, il est en nomination pour  la pièce Hamlet présentée l'an dernier.

Dans la version de Jean-Marc Dalpé, l'histoire créée par Shakespeare avait un ton résolument plus contemporain. Les créateurs ont hésité entre le costume d'époque et la modernité et ont finalement pris une direction unique, explique Sébastien Dionne.

« Finalement, on a décidé de faire un show qui commençait d'époque et tranquillement, devenait de plus en plus contemporain. Plus on connaissait les personnages, plus on s'identifiait à eux, plus on devenait proches d'eux. On devenait dans le contemporain d'aujourd'hui », dit-il.

« On s'est rendu compte que dans la façon de jouer aussi, tous les comédiens, la mise en scène, ça allait vers ça aussi, vers quelque chose de très majestueux au début, avec le mariage, et plus le spectacle avance, plus les scènes sont intimistes, plus on s'enfonce dans la tête d'Hamlet. Alors cet effeuillage-là vers l'intime et le cru était intéressant », poursuit Sébastien Dionne.

La troisième finaliste et non la moindre, Élène Pearson, est en nomination pour les costumes imaginés pour Rhinocéros d'Eugène Ionesco, avec des créations originales et ludiques. Très sollicitée, la créatrice n'a pu être disponible pour une entrevue lundi.

Le lauréat du Prix du fonds du théâtre du Vieux-Québec sera dévoilé le 25 novembre prochain.

PLUS:rc