NOUVELLES

Chris Brown est libéré et voit son accusation réduite

28/10/2013 01:25 EDT | Actualisé 28/12/2013 05:12 EST

WASHINGTON - Le chanteur R&B Chris Brown a été libéré, lundi, après s'être présenté devant un juge sous une accusation d'avoir frappé un homme ayant voulu avoir une photo à ses côtés.

Les procureurs ont réduit l'accusation de voies de faits graves à un délit, alors que le juge du District de Columbia a relâché Chris Brown. La vedette du hip hop est sortie sous des applaudissements et a fait un signe de paix à ses partisans après plus de 36 heures en détention.

Même en tenant compte de l'accusation réduite, cette affaire représente une autre tuile juridique pour le chanteur, qui demeure sous probation pour avoir frappé sa petite amie, la chanteuse Rihanna, juste avant le gala des prix Grammy en 2009. Brown a plaidé coupable à un chef d'accusation de voies de fait graves, et a écopé d'une probation de cinq ans.

Chris Brown, âgé de 24 ans, et son garde du corps Chris Hollosy, âgé de 35 ans, ont été arrêtés dimanche à la suite de ce nouvel incident survenu vers 4 h 30, près de l'hôtel W, non loin de la Maison-Blanche.

Un homme âgé de 20 ans a dit à la police avoir tenté de prendre une photo avec Chris Brown et deux femmes à ses côtés. Il a ajouté que le chanteur lui a alors dit ne pas «être à l'aise avec les (trucs) gais» et «avoir envie de boxer», indiquent des documents de mises en accusation dans cette affaire. Selon son témoignage, Chris Brown aurait dit ne pas avoir envie de prendre des photos et qu'il avait plutôt envie de «boxer».

L'homme, identifié par la police comme étant Parker Isaac Adams, de Beltsville, dans le Maryland, a dit avoir été frappé par Chris Brown, ainsi que par son garde du corps.

Selon la police, la région autour de son nez était meurtrie et enflée. L'homme a été soigné pour ses blessures dans un hôpital local, et a obtenu son congé plus tard dimanche.

L'avocat de Chris Brown, Danny Onorato, a affirmé lundi, à l'extérieur du tribunal, que son client n'avait commis aucun crime.

«Nous croyons que la sécurité a agi pour protéger M. Brown (...) tel qu'autorisé par la loi du District de Columbia. Nous sommes confiants de voir M. Brown être blanchi de tout acte répréhensible», a-t-il indiqué.

PLUS:pc