NOUVELLES

Autre tuile pour Guy Landry et le Nouveau Parti des Lavallois

28/10/2013 02:54 EDT | Actualisé 27/12/2013 05:12 EST

Le Nouveau Parti des Lavallois a éclaté après le dévoilement des 40 000 $ que l'aide sociale réclame à son chef, Guy Landry. Voilà que d'autres tuiles s'abattent sur lui, alors que des fournisseurs impayés lui réclament près de 10 000 $.

Un texte de Francis Labbé

Au moins deux mises en demeure ont été envoyées au NPL depuis le début de la campagne. Cela pourrait ne pas s'arrêter là. Un photographe réclame 1200 $ au parti et un imprimeur attend le paiement d'un solde de 8500 $.

Ray Gagné, propriétaire de l'imprimerie VIP, soutient que Guy Landry lui a commandé du matériel pour une somme totale de 40 000 $ et que 31 500 $ ont déjà été payés.

« Mais quand le scandale des 40 000 $ réclamés par l'aide sociale a éclaté, tous les paiements ont arrêté aussi », explique Ray Gagné.

Landry promet de payer les fournisseurs

De son côté, le chef du NPL, Guy Landry, explique ses déboires par le fait que certains candidats qui ont quitté le parti, vers la fin septembre, seraient partis avec des fonds amassés pour le NPL.

« Dès que nous aurons touché ces sommes, nous rembourserons nos fournisseurs », promet Guy Landry.

Pour Jacinthe Gagnon, ex-candidate du NPL, cette version de Guy Landry est « peu probable ».

« Lorsque nous avons recueilli l'argent, nous l'avons reçu par chèque au nom du parti et nous devions les remettre rapidement. Nous donnions aussi des reçus numérotés, explique-t-elle. Même si certains candidats n'avaient pas encore remis leurs chèques, ça ne représenterait qu'un petit montant et ils ne pourraient pas l'encaisser. »

Pas au bout de ses peines

D'autres tuiles pourraient s'abattre sur Guy Landry. Le Directeur général des élections du Québec étudie présentement une requête de ses anciens candidats, aujourd'hui indépendants, qui voudraient réclamer une partie de leurs cotisations personnelles versées au NPL alors qu'ils en faisaient partie.

« Ça pourrait représenter environ 3000 $ à 4000 $ en tout », poursuit Mme Gagnon. « Si le DGEQ autorise notre réclamation, nous allons procéder, mais disons que notre espoir de revoir ces sommes est mince. »

PLUS:rc