NOUVELLES

Le légendaire artiste Lou Reed s'éteint à l'âge de 71 ans

27/10/2013 03:04 EDT | Actualisé 27/12/2013 05:12 EST

NEW YORK, États-Unis - Le légendaire auteur-compositeur-interprète américain Lou Reed est décédé à l'âge de 71 ans d'une maladie du foie, a confirmé son agent littéraire dimanche.

Andrew Wylie a précisé que le musicien s'est éteint dimanche matin dans le village de Southampton, à New York où il vivait avec son épouse, la musicienne Laurie Anderson. Lou Reed avait subi une transplantation du foie, il y a quelques mois. Sa santé était fragile depuis cette opération, a ajouté M. Wylie.

À titre de leader du célèbre Velvet Underground, groupe culte des années 1960, Lou Reed a influencé plusieurs générations de musiciens. Par la suite, il a su imposer une présence vitale à la scène rock tout au long de sa carrière en solo.

Même s'il n'a jamais obtenu le même succès commercial que plusieurs autres chanteurs contemporains, comme Bob Dylan ou David Bowie, peu d'auteurs-compositeurs auront été aussi radicaux que lui.

Peu de groupes n'ont autant ouvert la scène à l'avant-garde que le Velvet Underground, faisant appel au théâtre expérimental, à l'art contemporain, à la littérature et au cinéma, canalisant des influences aussi variées que l'écrivain William Burroughs, les compositeurs Kurt Weill et John Cage, sans oublier l'artiste Andy Warhol, longtemps la principale source d'inspiration de Reed.

La scène alternative a vraiment débuté dans les années 1960 lors de l'arrivée de Reed et du Velvet Underground. Le punk, le New Wave et autres mouvements de la musique rock des années 1970, 1980 et 1990 lui doivent beaucoup. Des nombreux groupes et chanteurs, comme Nirvana, Patti Smith et R.E.M., ont repris certaines des chansons de Reed.

«Il s'est vendu 30 000 exemplaires en cinq ans du premier disque du Velvet Underground, a déclaré Brian Eno. Je pense que tous ceux qui ont acheté ces 30 000 exemplaires ont fondé un groupe.»

Une voix monotone mais puissante et émouvante et un jeu de guitare tranché étaient les principales marques de commerce de Lou Reed. Les paroles qu'ils composaient étaient complexes. Il les chantait comme s'il engageait une conversation avec l'auditeur.

Une seule de ses chansons a atteint le top-20: Walk on the Wild Side. Toutefois, plusieurs autres chansons, comme Heroin, Sweet Jane, Berlin ou Pale Blue Eyes, ont suscité l'admiration de plusieurs fans et collègues.

Vu comme un marginal au début de sa carrière, Reed a éventuellement donné un concert à la Maison-Blanche, a écrit pour le New Yorker, a fait l'objet d'un documentaire sur les ondes de PBS, a remporté un Grammy en 1999. Le Velvet Underground a été intronisé au Panthéon du Rock and Roll en 1996 et l'album le plus connu du groupe, le célèbre The Velvet Underground and Nico, a été ajouté à la Bibliothèque du Congrès en 2006.

Il a prouvé que n'importe quel sujet, aussi controversé soit-il, pouvait être le sujet d'une chanson: la mort d'un parent (Standing on Ceremony), le sida (The Halloween Parade), le racisme (I Want to be Black), les traitements par électrochocs (Kill Your Song).

Lou Reed a cultivé une image de mauvais garçon dans les années 1970. Sur scène, il faisait semblant de s'injecter de l'héroïne, insultait les journalistes. Un jour, il a même frappé David Bowie lorsque celui-ci lui a conseillé de se prendre en main.

«Lou Reed est le gars qui a donné de la dignité, de la poésie et du rock n' roll à des concepts comme la drogue, l'homosexualité, le sado-masochisme, le meurtre, la misogynie, la passivité et le suicide puis il a renié tous ses accomplissements comme si cela était une monumentale mauvaise blague», a écrit le critique Lester Bangs, un fan avoué mais aussi un ardent détracteur.

Ses albums parus dans la décennie 1970 ont été tour à tour loués, comme l'ambitieuse suite Berlin, ou décriés comme l'expérimental Metal Machine Music, une heure de distorsions sonores électroniques. Dans les années 1980, il a abandonné la drogue et publié une série d'albums acclamés dont The Blue Mask, Legendary Hearts et New Sensation.

Il a participé à des réunions avec le Velvet Underground et même accepté collaborer de nouveau avec John Cale, qu'il avait viré du groupe, pour un hommage à Andy Warhol. Il n'a pas ralenti au cours des années 1990, obtenant d'excellentes critiques pour des albums comme Set the Twilight Reeling et Ectasy. Il a encore repoussé les limites en s'inspirant d'Edgar Allan Poe (The Raven) en 2002 ou en collaborant avec Metallica (Lulu).

Une des chansons favorites de l'auteur compositeur est The Bell, parue sur l'album du même nom en 1979. Sous un fond de clavier et cuivres, il a improvisé un conte de fée racontant l'histoire d'un acteur de théâtre rentrant tard à la maison: «Ce n'est pas si plaisant/De jouer sans parachute/Debout sur le bord de la fenêtre/Il a cru voir un ruisseau/Il a crié: voilà les cloches!/Il a chanté: voilà les cloches!/Voilà les cloches! Voilà les cloches/ Voilà les cloches!

PLUS:pc