NOUVELLES

Armes chimiques: la Syrie a complété sa déclaration auprès de l'OIAC

27/10/2013 08:48 EDT | Actualisé 27/12/2013 05:12 EST
時事通信社

LA HAYE, Pays-Bas - La Syrie a fourni les renseignements concernant son arsenal chimique et son plan initial pour le détruire à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Dans un communiqué, l'OIAC a affirmé que Damas avait complété sa déclaration jeudi dans le cadre du processus ambitieux qui vise à détruire les armes chimiques syriennes d'ici le mois de juin 2014.

Le groupe basé à La Haye a précisé que les déclarations soumises par les États membres servaient de base aux plans permettant de procéder à la destruction systématique, complète et vérifiée des armes chimiques déclarées ainsi que des installations qui les produisent.

Ces déclarations demeurent confidentielles et aucun détail concernant le programme d'armes chimiques syrien n'a été divulgué.

La Syrie avait déjà donné des renseignements préliminaires à l'OIAC après avoir annoncé en septembre qu'elle se joignait à l'organisation afin d'éviter que les États-Unis ne lancent une intervention militaire contre elle en réponse à une attaque chimique survenue le 21 août en banlieue de Damas. Le régime du président Bachar el-Assad soutient ne pas être responsable de cet assaut.

Plus tôt en octobre, des inspecteurs de l'OIAC ont été envoyés en Syrie et ont visité plus de 23 sites déclarés par le gouvernement, en plus de commencer à superviser le travail de destruction afin de se s'assurer que les machines utilisées pour mélanger les substances chimiques et remplir les munitions de gaz empoisonné ne fonctionnent plus.

La Syrie posséderait environ 1000 tonnes métriques d'armes chimiques, dont du gaz moutarde et sarin.

L'endroit et le moment où l'arsenal chimique syrien sera détruit n'ont pas encore été déterminés. La déclaration de la Syrie comprend un plan général à ce sujet qui sera évalué par les 41 pays membres du conseil exécutif de l'OIAC le 15 novembre.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'utilisation d'armes chimiques dans les guerres