NOUVELLES

Élections en République tchèque: les socio-démocrates terminent premiers

26/10/2013 10:01 EDT | Actualisé 26/12/2013 05:12 EST

PRAGUE - Les socio-démocrates et les communistes sont arrivés en première et troisième places aux élections parlementaires anticipées de la République tchèque, mais n'ont pas réussi à recueillir suffisamment de voix pour utiliser leur alliance afin de former un gouvernement de coalition.

Le scrutin d'une durée de deux jours, qui s'est terminé samedi, a été organisé pour mettre fin à une crise politique causée par la chute du gouvernement de centre-droit du premier ministre Petr Necas sur fond d'allégations de corruption et d'adultère.

Avec 98 pour cent des bulletins de vote dépouillés, le bureau tchèque des statistiques a affirmé que les socio-démocrates avaient récolté 20,63 pour cent des voix et les communistes, 15,04 pour cent.

Le nouveau parti centriste ANO (OUI), qui a fait campagne en promettant d'éradiquer la corruption, a fini deuxième avec 18,7 pour cent.

Quatre autres formations politiques se partagent le reste des voix.

Les sondages avaient prédit que les électeurs, fatigués des histoires de malversations et de l'austérité, seraient nombreux à se tourner vers les socio-démocrates. Ces derniers avaient laissé entendre avoir l'intention de créer un gouvernement minoritaire avec le soutien tacite du Parti communiste.

La chambre basse du Parlement tchèque domine le processus législatif et le leader du parti y détenant le plus de sièges reçoit généralement le mandat de former le nouveau gouvernement.

PLUS:pc