Quatre jours après avoir mis au défi son adversaire de nommer 25 personnes qui « rêvent de prendre l'autobus à Québec », le maire sortant Régis Labeaume pourra consulter une pétition de 6531 noms de gens en faveur du transport en commun, qui a été déposée à l'hôtel de ville vendredi.

La pétition est l'initiative d'un étudiant du cégep, Jérôme Côté-Allard, qui a pris au mot Régis Labeaume à la suite du débat de lundi. Le maire sortant avait dit qu'il « ne connaissait pas 100 personnes à Québec qui rêvent demain matin de prendre l'autobus » et l'avait défier d'en trouver 25. « On vous enverra des listes! Vous allez être étonné », avait répliqué David Lemelin.

Grâce à la démarche de l'étudiant, le chef de Démocratie Québec a pu tenir parole. « Les 25 noms, sur la première page, on peut les voir. Les 100 premiers, ça prend quelques pages et on les a. Il y a là-dedans un message fort, très intéressant et très inspirant. On ne rêvait pas en couleur en parlant de l'importance pour les gens de Québec d'avoir un transport collectif efficace », a commenté David Lemelin, en réaction au grand nombre de signatures récoltées en quelques jours.

« Les gens veulent un transport en commun encore plus confortable, convivial, efficace. Et on va faire pression pour ça. On y croit et on a l'appui de plusieurs milliers de personnes et ce n'est qu'un début », a-t-il ajouté.

Questionné sur la validité des signatures recueillies en ligne, Jérôme Côté-Allard a précisé qu'il avait dû enlever quelques noms farfelus, mais, en somme, l'exercice est valable, selon lui. « On a au-dessus de 5500 adresses IP différentes, ce qui veut dire qu'il y a au moins 5500 personnes différentes qui ont signé. Et il peut y avoir plus d'une personne qui signe sur un ordinateur », a précisé l'étudiant.

Démocratie Québec s'est engagé à augmenter le budget du Réseau de transport de la Capitale de 5 % par année pour les quatre prochaines années et d'autant les investissements en infrastructures pour le transport en commun.

Le Réseau de transport de la Capitale a obtenu en 2013, sous l'administration Labeaume, une augmentation de son financement de 6,4 % et le budget projeté pour la prochaine année prévoit une hausse de 5,1 %.

La pétition est toujours accessible en ligne. Démocratie Québec aimerait pouvoir déposer d'autres signatures d'ici le 3 novembre.

Loading Slideshow...
  • Québec, siège de l’ONU?

    La candidature pour accueillir le siège des Nations Unies à Québec a été longuement discutée. Des plans avaient même été préparés à l’initiative du maire Lucien Borne. Rien de moins. Québec charmait la commission préparatoire et était vue comme un terrain neutre, entre puissances concurrentes, notamment la Grande-Bretagne et États-Unis. Ses installations portuaires et sa citadelle qui pouvait offrir un abri aux diplomates constituaient également des atouts convaincants. C’est finalement New York qui a été choisie mais cet épisode a contribué grandement à faire connaître Québec et à lui attirer des visiteurs. C'est aussi à Québec qu'a été créée la FAO, l’Organisation des Nations-Unies pour l’agriculture et l’alimentation (Food and Agriculture Organization).

  • La Tour Martello no. 4: un trésor caché au coeur du Faubourg

    Saviez-vous qu’une tour de défense militaire datant de près de 200 ans est située à la limite de la falaise du Faubourg Saint-Jean-Baptiste? Une tour presque inaccessible au public puisque difficilement atteignable par les multiples rues étroites à sens unique de ce quartier. Elle surprend le visiteur lorsqu’on tombe face à face avec? elle, puisqu’elle empiète sur la moitié nord de la rue Lavigueur. De plus, elle est complètement cachée de la Basse-Ville par l’importante végétation du cap en été et par la neige en hiver. Parcs Canada possède 2 autres Tours Martello, sises sur les Plaines d'Abraham. Une 4e, la Tour no. 3, a été détruite pour faire place à l'hôpital Jeffrey Hale, où, par ailleurs, s'est éteint Floyd Bennet, premier aviateur américain et ami de Charles Lindberg.

  • Vrai! Québec a remporté la Coupe Stanley avant Montréal !

    C'est un fait que les Bulldogs furent détenteurs de ce précieux trophée ! Pendant plus de 30 ans, l'équipe a été exclusivement appelée par son nom officiel : « Quebec Hockey Club » ou « Club de hockey Québec » dans les quotidiens francophones. Le surnom « Bulldogs » donné à l'équipe vient de sa mascotte porte-bonheur, un bouledogue présenté régulièrement aux joutes disputées à Québec à partir de 1911. Il est aussi aperçu sur les photos d'équipes des éditions gagnantes de la Coupe Stanley. En effet, en 1912, les Bulldogs de Québec remportent la première coupe Stanley de leur histoire en défaisant Moncton par la marque de 8-0. Le club de hockey joue plusieurs de ses matchs sur la patinoire du Quebec Skating Club sur les Plaines d'Abraham. L’équipe y remportera d’ailleurs la Coupe Stanley en 1911-1912 et 1912-1913. À quand la prochaine?

  • Un “bunker” à Valcartier

    Une véritable relique de la guerre froide à Québec : l’existence d’un abri nucléaire à Québec est un secret bien gardé. Cet abri, un bâtiment conçu pour protéger 400 personnes lors d’une éventuelle attaque militaire, a été construit pour abriter un éventuel gouvernement de transition. L’abri a été érigé en octobre 1963 (au coût de 223 625 $ à l’époque). Le bâtiment est construit sur 2 étages de 80 mètres (262′) par 40 mètres (131′). Le rez-de-chaussée est recouvert de terre et de gazon. Un escalier permet d’accéder de l’étage au sous-sol. Malheureusement, il n'est pas possible de le visiter à moins d'autorisation spéciale.

  • Des soirées de boxe dans le roc

    Il devait y avoir de ces soirées animées ! Imaginez, un amphithéâtre de boxe sous l’autoroute Dufferin : Le Club Athlétique Champlain! Les temps avaient changé : l’éclairage ne se faisait plus au gaz et le réservoir en bois de la Quebec Gaz Compagny était donc devenu inutile. On transforma alors cet espace en auditorium pour y présenter des spectacles de boxe et de lutte. C’est d'ailleurs là que le boxeur Fernand Marcotte a fait ses débuts. Le Club Athlétique Champlain, que les gens de Québec surnommaient la Tour, a brûlé en 1965.

  • Le jardin secret des Ursulines

    Ce magnifique jardin est caché des regards depuis près de quatre siècles ! Le musée des Ursulines de Québec y a invité le public pour la première fois, le temps d’une seule visite en 2012. Personne n'avait pu jusqu’alors arpenter ce secret bien caché, situé au cœur du Vieux-Québec, à moins de circonstances spéciales. La visite débute dans le musée, par la visite de l’exposition Mémoire d’une maison qui situe, à l'aide de maquettes, les quinze bâtiments qui constituent le complexe monastique considéré comme l’un des plus beaux exemples d’architecture conventuelle en Amérique du Nord. Une fois à l’extérieur, il faut franchir le portail et pénétrer dans la cour intérieure du monastère, puis dans le jardin des Ursulines. Au cours de cette visite exceptionnelle, vous êtes non seulement amenés à découvrir l’un des ensembles conventuels les mieux conservés de la ville de Québec mais aussi à comprendre comment s’est développé le site au fil des ans.

  • Beaucoup d’eau sous les Plaines d'Abraham

    Le réservoir d’eau potable de la Ville de Québec, construit entre 1931 et 1933, est enfoui à deux mètres sous la surface des Plaines. Il peut contenir environ 136 millions de litres d’eau. Situé à l'un des points les plus élevés de Québec, il fournit en eau les quartiers Saint-Roch, Saint-Sauveur, Champlain, et une partie des quartiers Saint-Jean-Baptiste et Limoilou. Sa voûte est supportée par quelques 900 colonnes et surmontée d’une vingtaine de bouches d’aération qui sont camouflées par des bosquets d’arbustes. Il est donc possible de marcher sur l'eau à Québec, qu'on se le tienne pour dit !

  • Un énigmatique temple maçonnique au coeur du Vieux-Québec

    Et oui, les Francs-Maçons de Québec occupent le 51, rue des Jardins depuis 1862, tout près de la rue St-Louis et de l'École des Ursulines. L’extérieur de l’édifice arbore deux symboles historiques de la franc-maçonnerie : à l’entrée, on distingue une plaque qui montre un compas et une équerre déposés sur un livre. En haut de la façade, sous la corniche, on peut apercevoir les mêmes symboles sculptés dans la pierre. Logé dans une bâtisse commerciale de plus de 150 ans, c'est à son sommet qu'elle abrite le temple. L'endroit possède plusieurs salles toutes décorées pour la circonstance. Les premiers Francs-Maçons à Québec provenaient de certains détachements de soldats britanniques arrivés après la Conquête. Ils ont occupé divers lieux dans la ville avant de se construire des temples officiels. L'endroit est encore fonctionnel aujourd’hui et accueille toujours les membres de la franc-maçonnerie.

  • Les fragments de la statue de la Reine Victoria conservés dans un entrepôt

    Le corps et la tête de bronze, voilà tout ce qu'il reste de la statue de la Reine Victoria dynamitée par un groupuscule se réclamant du FLQ en 1963. Les restes du monarque sont conservés dans les Réserves de Musée de la civilisation, à l'abris des regards. La statue se déployait à l'époque .... au Parc Victoria dans la Basse-Ville. Elle n'a pas été remplacée depuis.

  • Un tunnel de chemin de fer sous Québec

    Saviez-vous qu’un tunnel de chemin de fer de 1,6 kilomètre passe littéralement sous la ville de Québec? Construit en 1930, il est toujours en exploitation par le CN bien que peu utilisé. Il circule à une profondeur de 100 mètres sous la Haute ville et les Plaines d’Abraham. Son extrémité nord est située dans le quartier St-Malo et son extrémité sud à l’Anse-au-Foulon près du fleuve St-Laurent sous un viaduc du boulevard Champlain. Sa trajectoire suit l’avenue Belvédère et passe sous les Jardins de Mérici. Le tunnel avait été construit pour relayer le nouveau secteur Anse-au-Foulon du port de Québec, à la ligne principale Québec-Montréal. Il n'est que très peu utilisé aujourd'hui.


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.