NOUVELLES

Son appel rejeté, Bo Xilai restera en prison

25/10/2013 04:54 EDT | Actualisé 24/12/2013 05:12 EST

La justice chinoise a confirmé, vendredi en appel, la condamnation de l'ancienne étoile montante du Parti communiste chinois, Bo Xilai, à la réclusion à perpétuité pour corruption et abus de pouvoir, rapporte l'agence officielle de presse Chine nouvelle.

Ancien secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) à Chongqing, mégapole du sud-ouest du pays, Bo Xilai a vu ses ambitions politiques brutalement interrompues, l'an dernier, à la suite du vaste scandale qui a suivi le meurtre de Neil Heywood, un homme d'affaires britannique ami de sa famille, décédé en novembre 2011.

Jugée coupable de ce meurtre, Gu Kailai, l'épouse de Bo Xilai, a été condamnée en 2012 à la peine capitale avec sursis, ce qui équivaut à la réclusion criminelle à perpétuité.

Le tribunal supérieur de Jinan, dans la province orientale de Shandong où Bo Xilai avait été jugé en première instance, a estimé que les éléments de preuve à sa décharge étaient probants.

Il a donc rejeté l'appel interjeté par l'ancien « prince rouge » tombé en disgrâce.

Aucun recours

« Le tribunal a vérifié les faits et les éléments présentés en première instance », a déclaré le porte-parole de la cour lors d'une conférence de presse. « Les raisons invoquées par Bo Xilai ainsi que les arguments présentés par son avocat n'avaient aucune base factuelle et juridique et n'étaient donc pas recevables », a-t-il dit.

Le tribunal « a décidé de rejeter l'appel et de confirmer le jugement initial. Cet arrêt constitue une décision de justice définitive », est-il souligné.

L'appel déposé par Bo Xilai contre le verdict de culpabilité avait en fait très peu de chances d'aboutir, les tribunaux chinois étant contrôlés par le PCC qui a proclamé, il y a longtemps, la culpabilité de son ancien dirigeant.

D'après les médias, il ne dispose d'aucune nouvelle possibilité d'appel. En revanche, en cas de condamnation à la peine de mort, il aurait pu saisir la Cour suprême à Pékin.

Selon les images diffusées à la télévision officielle, Bo Xilai, qui est âgé de 64 ans, semblait en bonne santé.

Il arborait un léger sourire, en position assise ou debout devant la cour ainsi que lorsqu'il a été reconduit en dehors du prétoire par deux policiers à la stature impressionnante.

Il va être reconduit à la prison de Qencheng, juste au nord de la capitale, où sont détenus les anciens membres de l'élite en disgrâce.

Jamais revu

Bo Xilai ne devrait jamais plus être revu en public, à moins de bénéficier un jour d'une libération anticipée pour raisons de santé.

D'après le porte-parole du tribunal, quatre membres de la famille de l'accusé ont assisté à l'audience de vendredi qui, a-t-il précisé, s'est tenue « dans des conditions normales ».

L'audience s'est déroulée à huis clos, moins d'un mois après le dépôt de l'appel, alors qu'en général il faut au moins deux mois de délai dans ce genre d'affaires.

Le président Xi Jinping, qui a pris son poste en mars, souhaitait, dit-on, que l'affaire Bo Xilai soit expédiée le plus rapidement possible, en tout cas avant le plénum du PCC de novembre.

À cette occasion, le chef de l'État aura besoin du soutien indéfectible des 200 membres du Comité central pour pouvoir lancer de nouvelles réformes économiques vitales pour le pays.

Reuters

PLUS:rc