NOUVELLES

Les Ticats veulent se venger et s'assurer du 2e rang aux dépens des Alouettes

25/10/2013 05:32 EDT | Actualisé 25/12/2013 05:12 EST

HAMILTON - Le vétéran quart des Tiger-Cats de Hamilton Henry Burris y voit une opportunité de rebondir à la suite d'une défaite gênante, alors que le privilège d'amorcer les séries à domicile est en jeu.

Si les Ticats l'emportent contre les Alouettes de Montréal, samedi, ils s'assureront de terminer au deuxième rang dans la section Est et de disputer la demi-finale au stade de l'Université de Guelph. Hamilton cherchera à venger sa défaite de 36-5 subie à Montréal, la semaine dernière.

«Nous nous sommes battus tout l'année pour cette opportunité de jouer un match des séries à la maison, a souligné Burris. Nous nous sommes fait sortir du terrain dimanche dernier et le temps est venu de se lever, et de jouer comme nous en sommes capables.»

Si les Alouettes l'emportent, ils rejoindront les Ticats au deuxième rang et obtiendront l'avantage sur Hamilton au bris d'égalité.

L'identité de l'équipe qui accueillera la demi-finale se déciderait ensuite lors du dernier week-end du calendrier régulier, quand les Oiseaux affronteront les Argonauts à Toronto et les Tiger-Cats se mesureront aux Blue Bombers à Winnipeg.

Hamilton n'a pas disputé de rencontre éliminatoire à domicile depuis 2010 et n'a pas fini devant Montréal au classement depuis 2001.

Même si Troy Smith a bien fait à son premier départ dans la LCF en lançant trois passes de touché, dimanche, il a promis de révéler de nouveaux aspects de son jeu samedi.

«Il y aura de petites choses de nouveau, alors Hamilton ne pourra pas se contenter de mieux réagir à ce qu'ils ont vu dans le dernier match, a affirmé Smith. Quand ton adversaire est aussi bon, tu dois essayer de nouvelles choses.»

L'entraîneur-chef des Tiger-Cats Kent Austin sait que ses joueurs réalisent à quel point le prochain match est important, mais il veut s'assurer qu'ils se concentreront sur des choses qui les aideront vraiment à remporter la rencontre.

«Sommes-nous conscients de l'importance de ce match? Oui, a dit Austin. Utilise-t-on cela pour donner un élément de motivation supplémentaire à nos joueurs? Non. Notre approche est la même à tous les matchs.»

C'est pourquoi il importe peu, aux yeux de Austin, qu'on prévoit de la pluie et du vent lors du match. Pas plus que le fait que Montréal et Hamilton vont s'affronter trois fois en quatre semaines, en incluant la demi-finale à venir.

«Ce qui m'inquiète, c'est: allez-vous bien comprendre le choix de jeu qui est fait, savoir votre affectation, vous placer au bon endroit et tout donner à chaque jeu jusqu'à la fin, tout en contrôlant vos émotions... C'est tout ce qui importe, a-t-il affirmé. Le résultat va ensuite venir de lui-même.»

PLUS:pc