NOUVELLES

Le ministre Peter MacKay présente des excuses aux victimes d'Ernest Fenwick MacIntosh

25/10/2013 01:14 EDT | Actualisé 24/12/2013 05:12 EST

Le ministre de la Justice du Canada, Peter MacKay, reconnaît que des erreurs commises par des fonctionnaires fédéraux ont joué un rôle dans l'annulation de la condamnation d'Ernest Fenwick MacIntosh, qui avait été reconnu coupable de crimes sexuels sur des garçons en Nouvelle-Écosse. 

M. MacKay a dévoilé vendredi le résultat d'une révision des procédures judiciaires entourant cette affaire. Il a à cette occasion présenté des excuses aux victimes de MacIntosh.

Plusieurs accusations d'ordre sexuel avaient été portées contre MacIntosh en 1995. La révision porte sur le fait qu'il a fallu 12 ans pour extrader l'accusé, qui habitait en Inde.

MacIntosh a subi deux procès pour des accusations provenant de différents plaignants. Il a été reconnu coupable et condamné à quatre ans de prison à l'issue du premier procès, et à 18 mois de prison à l'issue du second procès.

La Cour d'appel de la Nouvelle-Écosse a toutefois infirmé sa condamnation, jugeant notamment que son droit d'obtenir un procès dans un délai approprié n'avait pas été respecté. La Cour suprême du Canada a appuyé la décision de la Cour d'appel provinciale.

Le ministre MacKay annonce que des mesures seront prises pour éviter qu'un pareil fiasco se répète.

« Dans le cas des victimes dans ce dossier, il y avait un manque de sérieux sur l'importance de travailler rapidement. Et il manque de précision pour le traumatisme que les victimes ont souffert. Le manque de coordination et de communication entre les différents niveaux de gouvernement était aussi un facteur qui a contribué au délai », ajoute-t-il.

Les plaignants ont demandé la tenue d'une enquête publique. MacIntosh a aussi demandé une révision. Il nie toujours les accusations portées contre lui. Il dit qu'il veut rétablir sa réputation.

PLUS:rc