NOUVELLES

Une famille de Montréal enfin réunie après plus de deux mois d'attente

24/10/2013 02:22 EDT | Actualisé 23/12/2013 05:12 EST

Une famille d'origine palestinienne est enfin rassemblée après deux mois et demi d'attente. Ola Elgadi et ses trois filles étaient bloquées dans la bande de Gaza depuis la fermeture de la frontière avec l'Égypte, en raison d'un attentat à la mi-septembre. Elles sont arrivées jeudi matin à l'aéroport Montréal-Trudeau.

Pas de grande scène de joie dans l'aéroport. La famille Elgadi, qui réside à Vaudreuil-Dorion, est intimidée par les caméras, mais surtout soulagée d'en avoir fini avec ce cauchemar.

Ottawa a fourni aux autorités égyptiennes les noms des trois filles et de leur mère pour qu'elles soient autorisées à passer la frontière. 

Le père, Ghassan Elgadi, ne comprend toujours pas pourquoi l'attente a été si longue.

« Il y a beaucoup de personnes qui sortent de Gaza vers l'Égypte. Mais pas les Canadiens. J'ai appelé mon gouvernement et mon gouvernement en rien ne m'a aidé. Quand j'appelais, je faxais, je donnais l'information, il n'y a personne qui a communiqué avec moi, pourquoi personne ne m'a aidé ? », questionne-t-il.

Au chevet de leur grand-père

Les fillettes respectivement âgées de 12, 8 et 3 ans se sont envolées pour Gaza avec leur mère au mois d'août pour rencontrer leur grand-père, gravement malade pour la première et sûrement la dernière fois.

Le père de famille était conscient des risques et des avertissements d'Ottawa qui déconseillent aux voyageurs de se rendre à Gaza : « C'est que ma femme, ça fait 10 ans qu'elle a pas vu son papa, je n'ai pas le choix là ».

Le député néo-démocrate de Vaudreuil-Soulanges, Jamie Nicholls, était aussi présent à l'aéroport pour accueillir la famille Elgadi. « Même si c'était déconseillé, on peut comprendre la situation familiale », a expliqué M. Nicholls.

Il demande au gouvernement canadien de faire preuve de discernement.

« Dans ce cas-là, il y avait des enfants, les enfants ont manqué deux mois d'école », déplore-t-il.

Ottawa recommande actuellement d'éviter de voyager dans près de 25 pays.

Un reportage de Thomas Gerbet

PLUS:rc