NOUVELLES

Roumanie: le commandant d'une prison communiste est accusé de génocide

24/10/2013 11:01 EDT | Actualisé 24/12/2013 05:12 EST

BUCAREST, Roumanie - L'ancien commandant d'une prison communiste roumaine a été accusé jeudi de génocide, en lien avec la mort de 103 détenus.

L'homme de 85 ans, Ion Ficior, a agi comme commandant adjoint puis comme commandant du camp de travail de Periprava entre 1958 et 1963.

Quelque 2000 personnes étaient détenues à ce camp situé dans un village reculé du delta du Danube, près de la mer Noire. La Roumanie comptait environ 500 000 prisonniers politiques sous le régime communiste, et un cinquième d'entre eux sont morts en détention.

Des enquêteurs affirment que les détenus de Periprava ont succombé à la faim, aux mauvais traitements, au manque de soins médicaux et à la dysenterie.

Le bureau du procureur général reproche à Ficior la mise en place d'un régime de détention répressif, abusif et inhumain qui ciblait les prisonniers politiques. Ils affirment que 103 personnes sont mortes pendant la gouverne de Ficior.

Ficior a refusé de s'adresser aux médias, jeudi. Il avait précédemment déclaré à l'Associated Press que seulement trois ou quatre personnes étaient mortes pendant qu'il travaillait à Periprava. Il avait ajouté qu'il s'agissait de partisans nazis incarcérés pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Ficior devient le deuxième ancien responsable carcéral roumain à être accusé de génocide. Des accusations identiques ont été déposées le 3 septembre contre Alexandru Visinescu, un homme de 87 ans, en lien avec des événements survenus à la prison Ramnicu Sarat entre 1956 et 1963.

PLUS:pc