POLITIQUE

Dissensions conservatrices quant à la suspension de Duffy, Wallin et Brazeau

24/10/2013 04:55 EDT | Actualisé 24/10/2013 08:52 EDT
PC

Le Sénat se réunira de nouveau vendredi à propos du sort à réserver à Mike Duffy, Pamela Wallin et Patrick Brazeau, tous trois montrés du doigt pour des dépenses injustifiées. Les membres de la Chambre haute pourraient se prononcer sur une motion de suspension sans salaire des trois sénateurs.

Il faudra, au préalable, voter sur un amendement libéral qui veut renvoyer toute cette affaire devant un comité sénatorial.

Des dissensions sont apparues au sein du caucus conservateur, jeudi, alors que le sénateur Donald Neill Plett s'est dit en désaccord avec les motions concernant ses trois collègues. Il prévoit voter contre la position de son parti pour la première fois dans sa carrière. Le sénateur a indiqué qu'il ne pouvait se résoudre à appuyer une motion qui viole selon lui les droits fondamentaux des trois sénateurs d'être traités de manière équitable.

À son arrivée à la Chambre haute jeudi après-midi, le sénateur Patrick Brazeau a dit avoir en main des documents prouvant que le comité de régie interne du Sénat lui avait donné droit aux allocations de logement qu'on lui a ensuite réclamées.

L'ex-leader du gouvernement au Sénat, Marjory LeBreton, a demandé au sénateur Duffy de déposer aussi les documents qui l'assureraient, selon lui, que ses dépenses respectent les règles du Sénat.

M. Duffy et Mme Wallin ont présenté leur défense mardi et mercredi, écorchant au passage Stephen Harper et quelques sénateurs conservateurs. Le premier ministre a confirmé sans hésiter, mercredi, qu'il appuyait les motions visant à suspendre les trois sénateurs.

Entre-temps aux Communes

L'opposition à la Chambre des communes a une fois de plus talonné le premier ministre, jeudi après-midi. Le chef du Nouveau Parti démocratique, Thomas Mulcair, a souligné les contradictions du premier ministre Harper, qui a admis mercredi que des gens haut placés du Parti conservateur étaient au courant du chèque de 90 000 $ que son ancien chef de cabinet, Nigel Wright, a remis au sénateur Mike Duffy.

« Ils ont mis Nigel Wright dehors, disant qu'il y avait juste lui qui était au courant du chèque, que personne d'autre était au courant du chèque au bureau du premier ministre, c'est ça qu'il [Stephen Harper] nous a dit le 5 juin. Hier, il a admis que plein de monde dans son entourage était au courant [...] Pourquoi le premier ministre a encore changé sa version des faits? »

— Thomas Mulcair

INOLTRE SU HUFFPOST

Les controverses du Sénat