NOUVELLES

Gaz de schiste au N-B: Shawn Atleo soutient la communauté Elsipogtog

24/10/2013 03:53 EDT | Actualisé 24/12/2013 05:12 EST

ELSIPOGTOG, N.-B. - Le chef de l'Assemblée des Premières Nations a prévenu jeudi que les communautés autochtones n'appuieront pas un projet d'exploitation des ressources naturelles à n'importe quel prix.

Shawn Atleo a tenu ces propos à l'issue d'une rencontre avec les leaders du conseil de la Première Nation d'Elsipogtog, près de Rexton, dans l'est du Nouveau-Brunswick, où les opposants à l'industrie du gaz de schiste ne décolèrent pas.

Selon lui, le gouvernement fédéral devrait collaborer avec tous les conseils de bande des communautés autochtones pour s'assurer que les traités soient respectés.

L'impasse au Nouveau-Brunswick devrait inciter les gouvernements fédéral et provincial à relancer la discussion et entreprendre des mesures, a-t-il ajouté.

M. Atleo a réitéré son appui à la communauté d'Elsipogtog, ajoutant que les conseils de bande réaffirmaient leurs droits conférés par traité avec la Couronne et leurs responsabilités envers le territoire de la région.

Il a ajouté que les autochtones n'étaient pas contre toute exploitation de ressources naturelles, mais qu'ils n'accepteraient pas un tel développement à n'importe quel prix.

«De cet incroyable défi a peut-être émergé une occasion de forger une nouvelle méthode améliorée pour faire respecter la lettre et l'esprit des traités, comme ceux que les nations Micmacs ont», a mentionné M. Atleo.

«Ce qu'il nous faut, ce sont d'importantes discussions de nation à nation, traité par traité, entre les nations Micmacs — telle la communauté Elsipogtog —, et d'autres paliers de gouvernement, en particulier avec la Couronne fédérale qui en détient la responsabilité principale», a-t-il poursuivi.

La semaine dernière, des membres de la communauté d'Elsipogtog ont été arrêtés par la Gendarmerie royale du Canada lors du démantèlement d'une barricade érigée par des manifestants.

Des opposants à l'exploitation des gaz de schiste empêchaient la compagnie d'accéder à un site où se trouvaient ses camions et son équipement devant servir à l'exploration.

La police avait ainsi dû intervenir pour faire respecter une injonction de la cour obtenue par l'entreprise SWN Resources.

La GRC a indiqué avoir saisi des armes à feu et des engins explosifs improvisés pendant cet affrontement entre forces de l'ordre et manifestants.

Six véhicules de la GRC ont été incendiés par les protestataires, et la police a répliqué à coups de gaz lacrymogènes et de fusils à sac de plombs pour tenter de disperser la foule.

Mercredi, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, David Alward, s'est défendu contre les détracteurs ayant dénoncé un manque de consultation auprès de la Première Nation d'Elsipogtog dans le dossier de l'exploitation des gaz de schiste. Il a rétorqué que son équipe avait été beaucoup plus active à ce chapitre que n'importe quel autre gouvernement provincial.

PLUS:pc