NOUVELLES

Un archevêque polonais est critiqué pour ses commentaires sur les agressions

23/10/2013 09:49 EDT | Actualisé 23/12/2013 05:12 EST

VARSOVIE, Pologne - Le leader de l'Église catholique polonaise se retrouve dans l'eau chaude après des commentaires qui semblent indiquer que les enfants victimes d'agressions sexuelles par des prêtres en sont en partie responsables.

L'archevêque Jozef Michalik, qui dirige le puissant Épiscopat de Pologne, a fait ces commentaires plus tôt ce mois-ci, alors qu'il commentait les agressions commises par des prêtres polonais.

Il a alors déclaré aux journalistes qu'un enfant issu d'une famille troublée recherche la proximité des autres, qu'il peut perdre son chemin et qu'il peut entraîner l'autre personne avec lui.

Sa déclaration a déclenché une tempête de condamnations. L'archevêque Michalik a tenté de se défendre en déclarant rapidement qu'il avait été mal compris, mais il était trop tard.

Des médias polonais ont rappelé qu'il avait appuyé un prêtre reconnu coupable, en 2004, d'agressions sexuelles contre des enfants.

Les commentaires de monseigneur Michalik ont contraint le porte-parole de l'Épiscopat, le père Jozef Kloch, à réitérer que l'Église polonaise n'a aucune tolérance envers la pédophilie, mais qu'elle doit encore apprendre comment en parler correctement. La controverse a aussi incité les évêques qui servent sous monseigneur Michalik à s'excuser pour les agressions commises par des prêtres.

L'Église catholique polonaise est soupçonnée d'avoir voulu balayer ces agressions sous le tapis, ce qui la place en opposition avec les efforts déployés par le Vatican depuis 2001.

La controverse a éclaté le mois dernier quand des enquêteurs dominicains ont révélé que deux religieux polonais — l'archevêque Jozef Wesolowski, l'ambassadeur du Vatican, et le père Wojciech Gil, un prêtre de paroisse — étaient soupçonnés d'avoir agressé des garçons en République dominicaine.

L'évêque Wesolowski a été évincé de son poste par le Vatican tandis que le père Gil se dit victime de représailles de la part de la mafia dominicaine.

PLUS:pc