NOUVELLES

Rob Ford : jugement encore une fois remis en question

23/10/2013 07:50 EDT | Actualisé 23/12/2013 05:12 EST

Certains conseillers municipaux de Toronto se demandent comment le maire Rob Ford a pu penser qu'il était « approprié » de rédiger des lettres de recommandation pour deux hommes au passé douteux.

Le maire s'est défendu, mardi, en disant qu'il « écrit beaucoup de lettres ». « J'aide beaucoup de gens », a-t-il affirmé.

Mais la conseillère municipale Michelle Berardinetti, qui a déjà siégé au comité exécutif de Rob Ford, affirme qu'elle « n'aurait jamais fait ça ».

Le conseiller Adam Vaughan, un critique fréquent du maire, a ajouté que M. Ford « n'aurait pas dû se mêler, en tant que politicien, de procédures judiciaires, surtout pas avec du papier à en-tête officiel [du bureau du maire]. »

Rob Ford a écrit l'été dernier une lettre d'appui à un ami, Alessandro Lisi, dans le cadre de son procès pour menaces de mort contre une femme. Dans la lettre, le maire montre un appui inconditionnel à l'homme de 35 ans qui a travaillé, raconte-t-il, pour son équipe durant la campagne à la mairie en 2010. Il a aussi agi à titre de chauffeur occasionnel du maire.

« M. Lisi est était un membre exemplaire de mon équipe électorale, écrit le maire. Il a fait preuve d'un leadership exceptionnel et a travaillé fort au sein du bureau de campagne et à l'extérieur ».

Selon le Toronto Star, M. Lisi a même raconté à l'époque à un agent de probation que « ses plans pour l'avenir incluent un emploi avec la Ville, grâce à l'appui de son bon ami le maire Rob Ford ». Ce dernier a porté sa condamnation en appel, mais il a été accusé plus tôt ce mois-ci de trafic de drogue. Le maire Ford l'a aussi défendu publiquement dans ce dossier, déclarant aux journalistes qu'il était un « bon gars ».

Pour sa part, le conseiller municipal Doug Ford a défendu son frère, mardi, affirmant qu'il aidait « tout le monde », sans cautionner les gestes reprochés à M. Lisi. Il a aussi déclaré qu'il n'avait jamais vu M. Lisi au bureau de campagne du maire en 2010.

Lettre Du Maire by Radio-Canada

Autre lettre controversée

CBC a aussi confirmé que le maire avait écrit une autre lettre de recommandation après son élection à la mairie pour Douglas Sedgewick, qui a également un passé douteux.

La Ville refusait en janvier 2012 de renouveler le permis de ce conducteur de dépanneuse, après qu'il eut roulé à 115 km/h dans une zone où la vitesse permise était de 60 km/h. Son permis a finalement été renouvelé, mais à certaines conditions.

M. Sedgewick avait par ailleurs été reconnu coupable de meurtre au second degré dans les années 1980 lors d'un braquage de domicile. M. Sedgewick, qui raconte au Star que sa copine est une amie du maire, affirme que ce dernier était « plus ou moins au courant » de cette condamnation passée. 

PLUS:rc