NOUVELLES

Québec réclame un accès aux installations du port de Québec

23/10/2013 07:38 EDT | Actualisé 23/12/2013 05:12 EST

Le ministre québécois de l'Environnement, Yves-François Blanchet, souhaite que ses inspecteurs aient un accès illimité aux installations du port de Québec.

Selon le ministre, il est anormal que le site ne puisse être inspecté sans avoir reçu préalablement une autorisation sous prétexte qu'il est de juridiction fédérale.

« C'est complètement ridicule. Écoutez, c'est comme si une banque ne laissait pas rentrer la Sûreté du Québec sous prétexte que les banques sont de juridiction fédérale », a-t-il résumé.

Le ministre de l'Environnement juge que la situation n'a rien de rassurant pour les citoyens qui vivent aux abords des installations du port. L'épisode de poussière rouge dans le quartier Limoilou en octobre 2012 est un exemple des conséquences liées aux activités portuaires.

« Là il y a des enjeux de santé, de sécurité pour les citoyens de Québec et de Limoilou. Pour moi il est élémentaire que les gens qui ont la volonté et l'expertise de protéger les citoyens de Québec aient accès au site. »

Motion rejetée

Yves-François Blanchet se dit aussi « déçu » de constater que les partis d'opposition à Québec ne l'appuient pas dans cette démarche. Il a déposé une motion, mardi après-midi, à l'Assemblée nationale pour que des pressions soient faites auprès du gouvernement fédéral et du Port de Québec afin que les inspecteurs puissent faire leur travail.

La motion a été rejetée par les partis d'opposition. « Je me serais attendu à ce que les libéraux endossent une motion de ce type-là qui n'est pas partisane, qui n'est pas orientée, mais qui n'est qu'un enjeu de sécurité. »

« On veut que l'Assemblée nationale dise clairement au gouvernement fédéral : dites à votre gang de laisser rentrer les inspecteurs de l'Environnement », a conclu le ministre.

Les libéraux ont rejeté la proposition en réclamant une motion au ton plus « modéré » et insistant sur « la collaboration de tous. »

PLUS:rc