NOUVELLES

Le pape évince un évêque allemand critiqué pour son train de vie luxueux

23/10/2013 06:54 EDT | Actualisé 23/12/2013 05:12 EST
Getty
Picture taken on September 24, 2013 shows Limburg's Bishop Franz-Peter Tebartz-van Elst during a church service at the Cathedral in Fulda, central Germany. As the Vatican announced on October 23, 2013, Tebartz-van Elst was temporarily suspended from his office. The bishop is under fire for building an extravagant multi-million-euro residential complex and for allegations that he also lied under oath. AFP PHOTO / DPA / ARNE DEDERT / GERMANY OUT (Photo credit should read ARNE DEDERT/AFP/Getty Images)

CITÉ DU VATICAN, Italie - Le pape François a évincé de son diocèse un évêque allemand critiqué pour son train de vie luxueux.

Monseigneur Franz-Peter Tebartz-van Elst était au centre d'une controverse en Allemagne pour des dépenses de 31 millions d'euros (près de 44 millions $ CAN) destinées à des rénovations et la construction d'une nouvelle maison diocésaine.

Dans un communiqué, le Vatican a annoncé que le vicaire général de Limbourg, Wolfgang Roesch, serait chargé d'administrer le diocèse. Le Vatican n'a pas précisé la durée de l'absence de monseigneur Tebartz-van Elst, qui est âgé de 53 ans, mais a refusé de l'évincer de manière permanente.

Le Saint-Siège a expliqué que la situation dans le diocèse faisait en sorte que monseigneur Tebartz-van Elst ne pouvait plus exercer ses fonctions épiscopales. Le Vatican a ajouté que l'évêque s'absenterait le temps que l'Église allemande complète son enquête dans cette affaire et sur le rôle qu'il y a joué.

La décision a été prise à la suite d'une rencontre entre le pape François et monseigneur Tebartz-van Elst, lundi.

Plusieurs catholiques doutent toutefois qu'il puisse jamais reprendre ses fonctions.

«C'est une crise de confiance qui sera difficile à surmonter», a dit le doyen de la cathédrale du chapitre, Guenther Geis.

Le vicaire Roesch, qui devait entrer en poste le 1er janvier, assumera ses responsabilités dès maintenant.

L'évêque avait défendu les sommes dépensées en expliquant qu'elles concernaient une dizaine de projets différents et qu'il y avait des coûts additionnels en raison de règles sur les bâtiments patrimoniaux.

Le leadership de monseigneur Tebartz-van Elst a aussi fait l'objet de critiques. En septembre, plus de 4000 personnes ont signé une lettre ouverte à l'évêque dénonçant ce qu'elles considéraient être son style autoritaire.

Le président de la conférence des évêques allemands, l'archevêque Robert Zollitsch, a été particulièrement dur en ce qui concerne le scandale des dépenses et le problème de crédibilité qu'il pose pour l'Église.

Il a déclaré que le point tournant «décisif» a été atteint plus tôt ce mois-ci, quand les procureurs de la ville de Hambourg ont demandé à la justice d'imposer une amende non précisée à monseigneur Tebartz-van Elst pour parjure dans une affaire liée au scandale.

Monseigneur Zollitsch a ajouté qu'une commission enquêtera sur les coûts du projet de rénovations, son financement et l'évolution du processus de prise de décision. Des experts du droit canon détermineront, de leur côté, si monseigneur Tebartz-van Elst a enfreint les règles qui entourent l'utilisation des fonds de l'Église.

Dans un communiqué publié mercredi, monseigneur Zollitsch promet que la commission agira «rapidement et avec prudence».

Le Vatican a assuré que le pape François avait pris sa décision en fonction d'informations «objectives», et qu'il n'a pas été influencé par la colère populaire. Le pape a clairement énoncé qu'il s'attend à voir ses évêques vivre simplement, donnant l'exemple avec son propre style de vie.

Le principal groupe catholique laïc d'Allemagne, le Comité central des catholiques allemands, a salué la décision du pape.

«La décision du pape François nous donne la chance de faire un premier pas en direction d'un nouveau départ dans le diocèse de Limbourg, puisque la situation est de plus en plus lourde à porter pour les fidèles de cet endroit et de partout en Allemagne», a dit Alois Glueck, le directeur du groupe.

Pour sa part, l'évêque de la ville d'Osnabrueck, Franz-Josef Bode, s'est félicité de la décision «intelligente» du pape, qui donne à tous le temps d'examiner la situation calmement. Puis, lors de commentaires au quotidien Die Welt, il a dit douter de la possibilité pour monseigneur Tebartz-van Elst de jamais revenir à Limbourg.

«Il y a une crise fondamentale de confiance à Limbourg. La situation s'est vraiment envenimée», aurait-il déclaré à la publication.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 266 papes depuis Pierre