NOUVELLES

Marcel Côté veut que la Ville ait son mot à dire dans la gestion de la langue

23/10/2013 06:00 EDT | Actualisé 23/12/2013 05:12 EST

Le chef de Coalition Montréal, Marcel Côté, a rappelé mercredi son intention de nommer un membre du comité exécutif responsable de la langue française s'il est élu.

Cette promesse fait d'ailleurs parti du programme de la Coalition : « Nommer un responsable de la promotion et de la vitalité du français à Montréal au comité exécutif avec le mandat de faire rapport annuellement sur la situation du français à Montréal ».

M. Côté veut maintenant élargir cette promesse aux anglophones et aux communautés culturelles.

« En parallèle il va y avoir la même chose pour l'anglais et la même chose pour les droits des communautés culturelles. Il y a quelqu'un qui va être aussi au comité exécutif », dit-il.

Les programmes des quatre principaux partis montréalais

M. Côté ajoute qu'il ne faut pas laisser à Québec la gestion de la langue dans la métropole.

« Nous voulons activement être présents dans ce débat-là, ne pas laisser le gouvernement du Québec gérer ces choses-là de la rue Grande Allée. On pense que ça prend une proximité du terrain pour gérer la langue »..

Afain de rassurer la communauté anglophone, il a tenu à préciser qu'il ne comptait pas pour autant mettre sur pied une équipe d'inspecteurs ou une police de la langue, s'il est élu le 3 novembre. » Quand on connaît Marcel Côté, dit-il, on ne parle pas de ''watchdog '' ».

Par ailleurs, le candidat à la mairie de Montréal juge prioritaire le développement économique autour de la station de métro L'Assomption, dans l'arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

Il a déclaré qu'il prévoyait la construction d'un millier de logements entre les rues Sherbrooke et Hochelaga et le développement des anciens terrains industriels entre les rues Hochelaga et Notre-Dame, près du port de Montréal. Élections Grand Montréal

PLUS:rc