NOUVELLES

Les soeurs Dufour-Lapointe n'ont qu'un objectif: se retrouver à Sotchi

23/10/2013 05:27 EDT | Actualisé 23/12/2013 05:12 EST

MONTRÉAL - Les soeurs Maxime, Chloé et Justine Dufour Lapointe ont toutes le même objectif: se retrouver aux Jeux olympiques d'hiver de Sotchi. La route jusqu'en Russie ne sera toutefois pas la même pour les trois bosseuses.

Jusqu'à maintenant, seule Justine a son billet en poche. Maxime, ouvreuse de piste aux Jeux de Vancouver, et Chloé, cinquième de ces mêmes Jeux, devront trimer dur pour se tailler une place au sein de la délégation canadienne.

Le processus n'est pas simple et en fait, les skieurs acrobatiques ont deux façons de se qualifier. La première était d'obtenir deux podiums et trois finales lors des cinq compétitions identifiées par l'Association canadienne de ski acrobatique (ACSA) la saison dernière. La deuxième tient compte des quatre meilleurs résultats en Coupe du monde, dont deux dans les épreuves disputées cette saison, avant les Jeux.

Si le processus n'était déjà pas assez demandant en tant que tel, les bosseurs doivent tenir compte de tous les autres athlètes en ski acrobatique (sauts, ski cross, demi-lune et slopestyle), qui deviennent ainsi des compétiteurs pour l'une des 26 places disponibles pour tout ce beau monde.

Justine, la cadette des «Soeurs volantes» à 19 ans, participera donc à ses premiers JO grâce à sa médaille de bronze aux Mondiaux de Vöss, en Norvège, et de sa médaille d'or récoltée à à la Coupe du monde de Calgary. Celle qui a terminé au deuxième rang du classement pour l'obtention du globe de cristal l'an dernier amorcera donc la prochaine campagne avec un énorme poids en moins sur les épaules.

«C'est très différent pour moi: les 100 prochains jours me serviront d'entraînement pour les Jeux. Je n'ai pas besoin de me qualifier, je n'ai même pas besoin de marquer des points en tant que tel, a-t-elle indiqué lors de la remise des bourses Saputo, de la Fondation de l'athlète d'excellence du Québec. Je veux juste pratiquer ma 'run' le plus possible pour que la journée des Jeux, elle soit à point, que je n'aie plus besoin d'y penser.

«Je vais aussi pouvoir en profiter pour essayer des nouveaux trucs, peut-être pousser un petit peu plus que les autres. Je crois que ça va être un bon avantage et je compte m'en servir au maximum.»

Âgée de 21 ans, Chloé tente de se qualifier pour ses deuxièmes Jeux. Confiante, elle est convaincue que sa qualification n'est qu'une formalité après avoir récolté deux podiums «payants» l'an dernier et terminé au cinquième rang du classement de la Coupe du monde.

«Je vois ça de façon très positive, a déclaré la championne du monde en titre en bosses en parallèle. Le processus, je l'ai déjà vécu avant les Jeux de Vancouver. Je peux donc me servir de cette expérience. Je vois plus la saison qui vient comme une préparation olympique, je ne mets pas l'accent sur la sélection. Je travaille fort physiquement et mentalement depuis quatre ans afin d'être fin prête pour Sotchi.»

Maxime est l'aînée du trio à 24 ans. Sa descente d'ouvreuse de piste à Cypress mountain, site de compétitions en ski acrobatique aux Jeux de Vancouver, est loin de l'avoir rassasiée.

«La qualification pour Sotchi, c'est mon rêve. C'est ce que je veux accomplir cette saison. C'est ce pourquoi je me suis préparée tout l'été. Mon plan de match est prêt. Je n'attends que les courses pour le mettre en pratique. J'ai déjà engrangé un résultat l'an dernier (une septième place en Suède). Il m'en reste trois à aller chercher. Je suis vraiment confiante que si je suis mon plan, je devrais réussir à me qualifier.»

Les trois résidentes de Rivière-des-Prairies commenceront leur saison le 14 décembre prochain, à Ruka, en Finlande. Elles auront jusqu'à la descente de Val St-Côme, à la mi-janvier, pour se qualifier. Parions que les trois souhaitent sûrement avoir déjà la tête en Russie à ce moment-là.

PLUS:pc