NOUVELLES

La Syrie libère 13 prisonnières

23/10/2013 11:00 EDT | Actualisé 23/12/2013 05:12 EST

BEYROUTH - Le gouvernement syrien a libéré 13 prisonnières, possiblement dans le cadre d'un ambitieux programme régional d'échanges de prisonniers.

Ailleurs, des militants affiliés à Al-Qaïda ont consolidé leur emprise sur une ancienne ville chrétienne au nord de Damas.

Et à La Haye, l'organisation qui supervise le démantèlement de l'arsenal chimique syrien a indiqué que ses enquêteurs ont maintenant visité plus des trois quarts des sites dont l'existence a été révélée par Damas. Le groupe a ajouté que ces installations devraient avoir été neutralisées d'ici au 1er novembre, tel que prévu.

À Londres, l'Observatoire syrien des droits de la personne a précisé que les femmes ont été libérées mardi matin du quartier général du gouvernement provincial de Damas, mais a reconnu ne pas avoir été en mesure de leur parler.

Les femmes pourraient avoir été libérées dans le cadre d'un échange de prisonniers à trois débuté le 18 octobre. Des rebelles syriens avaient libéré neuf Libanais détenus depuis 18 mois et, simultanément, des combattants libanais avaient libéré deux pilotes turcs capturés en août.

Les combats se sont poursuivis près de la ville chrétienne de Sadad. Des résidants tentaient de s'enfuir alors que des extrémistes musulmans affrontaient des soldats et des combattants loyaux au régime du président Bachar el-Assad. Les rebelles se seraient emparés d'un poste de sécurité qui leur donne le contrôle de la partie occidentale de la ville. Ils auraient aussi capturé la route qui mène à Damas.

Enfin, un porte-parole des inspecteurs internationaux a déclaré mercredi que 18 des 23 sites d'armes chimiques déclarés par la Syrie ont maintenant été visités. Plusieurs des sites restants se trouvent dans des zones contrôlées par les rebelles.

PLUS:pc