NOUVELLES

HRW critique les politiques européennes face aux réfugiés

23/10/2013 11:18 EDT | Actualisé 23/12/2013 05:12 EST

BERLIN - Un important groupe de défense des droits de la personne a reproché mercredi à l'Union européenne de profiter de la mort de centaines de personnes pour resserrer ses contrôles douaniers contre les réfugiés indésirables.

Human Rights Watch affirme que la noyade de centaines de réfugiés dans la mer Méditérrannée, plus tôt ce mois-ci, devrait inciter l'Union européenne à réviser son traitement de ceux qui fuient la misère dans leur pays.

Le groupe new-yorkais a demandé à l'UE d'augmenter ses patrouilles maritimes et de décourager les traversées clandestines en promettant que les réfugiés recueillis en mer seront menés à un port européen sécuritaire.

Le groupe affirme que 35 000 personnes ont traversé de l'Afrique du Nord jusqu'à Malte et l'Italie seulement cette année, dont plusieurs qui fuyaient les conflits en Somalie, en Syrie et en Érythrée. Au moins 500 ont perdu la vie, dont environ 365 qui se sont noyés le 3 octobre quand leur navire a chaviré au large de l'île de Lampedusa.

Une règle européenne particulièrement controversée stipule que les réfugiés doivent déposer leur demande d'asile dans le pays où ils arrivent, ce qui fait porter un fardeau important à des pays comme Malte, la Grèce et l'Italie.

Human Rights Watch reproche à des pays du nord de l'Europe, comme l'Allemagne, de bloquer toute réforme importante de ces règles, ce qui permet à Berlin de refouler des milliers de réfugiés qui arrivent d'autres pays européens.

Un représentant allemand a prévenu mercredi que les règles ne seront pas modifiées et a défendu la performance de son pays en affirmant que l'Allemagne accueille de nombreux réfugiés.

PLUS:pc