NOUVELLES

Alward dit avoir consulté comme jamais les Autochtones sur le gaz de schiste

23/10/2013 01:23 EDT | Actualisé 23/12/2013 05:12 EST

FREDERICTON - Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, David Alward, écarte les critiques selon lesquelles il n'y a pas eu suffisamment de consultations avec les Premières Nations sur le gaz de schiste, soutenant que son gouvernement a tenu plus de discussions avec ces communautés que n'importe quel gouvernement dans l'histoire de la province.

M. Alward a affirmé mercredi qu'il demeurait résolu à développer les ressources naturelles, incluant le gaz de schiste. Mais il a ajouté que les projets de gaz de schiste n'étaient qu'à l'étape de l'exploration, et que davantage de discussions se tiendraient avant que la province aille de l'avant.

Le premier ministre a affirmé qu'il devrait y avoir des «consultations significatives» et des évaluations des impacts environnementaux avant une prochaine étape du développement de l'industrie du gaz de schiste.

Des opposants, incluant l'Alliance anti-gaz de schiste du Nouveau-Brunswick, ont déjà soutenu que les heurts violents de la semaine dernière à Rexton entre la police et des manifestants, dont des membres de la Première Nation d'Elsipogtog, auraient pu être évités si le gouvernement Alward avait consulté davantage les citoyens.

Pour soutenir son argumentaire, le gouvernement a dévoilé une chronologie de rencontres tenues au cours de la dernière année avec l'entreprise énergétique SWN Resources et les Premières Nations.

Le ministre de l'Énergie, Craig Leonard, a fait valoir que si des réserves de gaz et de pétrole étaient découvertes dans le processus d'exploration, le gouvernement et les entreprises devraient reprendre les consultations avec les Premières Nations pour s'assurer de la protection de l'environnement et d'avantages pour les peuples autochtones.

M. Alward a indiqué mercredi que son équipe tentait d'organiser une nouvelle rencontre avec le chef Aaron Sock, de la communauté d'Elsipogtog.

PLUS:pc