Vous souhaitez rendre vos allers-retours au travail moins pénible ? Voici quelques conseils pour garder toute sa tête dans les transports en commun.

D'après le Huffington Post, des recherches ont révélé que les longs trajets pour se rendre au travail peuvent conduire à des effets négatifs sur la santé, comme un stress élevé, un sommeil perturbé, un surpoids voire même une durée de vie plus courte. Une étude de 2011 a même montré que chez les couples dans lesquels une personne effectue des trajets d'au moins 45 minutes par jour, le risque de divorce augmente de 40%. 

Comment maîtriser le stress ressenti quand on fait la navette ? Voici quelques conseils:

1. Être conscient de son environnement : "Il faut tout simplement se détendre", explique le professeur de méditation et compositeur récompensé aux Emmy Awards David Nichtern au blog forme Weel+Good NYC. "Relaxez votre attitude et votre énergie et ne vous battez pas contre ce qui se passe". Pour être conscient de son environnement, il est nécessaire de se détacher de son téléphone et autres gadgets, qui peuvent augmenter le stress, et de prendre du temps hors technologie pour méditer et réfléchir, écrit le Huffington Post.

2. Varier les allers-retours : le Dr Frank Ghinassi, professeur de psychiatrie à l'Université de Pittsburgh, a expliqué au Huffington Post qu'il est possible de réduire son anxiété en se rappelant que de faire la navette est un choix personnel pris en fonction du lieu de résidence et du lieu de travail, tout comme le choix du moyen de transport. Pensez à d'autres possibilités, comme le télétravail quelques jours dans la semaine, aller au travail en vélo ou encore faire du covoiturage avec un ami.

3. "L'effet Mozart" : Écouter de la musique classique peut vous aider à vous relaxer et à vous concentrer, du moins d'après une étude Populus effectuée sur 2000 conducteurs qui a révélé que ceux qui écoutent du rock ont davantage tendance à se mettre en colère au volant.



Loading Slideshow...
  • Georges-Vanier

    Ligne : orange Mise en service : 1980 Origine du nom : Georges Vanier a été militaire, avocat, diplomate et gouverneur général du Canada de 1959 à 1967. Nombre d'entrées (2011): 773 078

  • Georges-Vanier

    L’ancien gouverneur général du pays doit se retourner dans sa tombe. Celui qui a grandi à quelques blocs du boulevard Georges-Vanier a donné son nom à la station la moins achalandée de tout le réseau du métro (17 fois moins d’entrées qu’à Berri-UQAM, la station la plus populaire). Vrai qu’il n’y a pas grand-chose autour de la station prise en étau entre Lionel-Groulx et Lucien-L’Allier, deux concurrentes bien plus fréquentées. Mais il vaut la peine de s’y arrêter pour apprécier l’architecture de la Petite-Bourgogne et pour emprunter le tunnel sous l’autoroute Ville-Marie qui vous mènera jusqu’au centre-ville, via Saint-Marc. Occasions photos!

  • De la Savane

    Ligne : orange Mise en service : 1984 Origine du nom : Dès 1778, la rue qui est créée à cet endroit traversait… une savane! Nombre d'entrées (2011): 934 336

  • De la Savane

    En intégrant une architecture et des éléments décoratifs futuristes, les concepteurs de la station De la Savane avaient sans doute imaginé un avenir prometteur pour ce secteur de Côte-des-Neiges. Pour le moment toutefois, il n’y a pas grand-chose aux abords de Décarie. La station voisine, Namur, est pas mal plus animée. Un puits de lumière permet d’éclairer l’œuvre Calcite, de Maurice Lemieux et de se connecter à internet via le réseau 3G.

  • Acadie

    Ligne : bleue Mise en service : 1988 Origine du nom : Le boulevard du même nom a été nommé en l’honneur des Acadiens déportés. Nombre d'entrées (2011): 1 109 508

  • Acadie

    Des 10 stations les moins fréquentées du réseau, trois sont sur la ligne bleue, Acadie en tête (devant d’Iberville et de Castelneau). Mais les choses pourraient changer, puisque tout au long de la ligne 5, des quartiers autrefois malaimés – Parc-Extension en est l’exemple le plus probant – sont de plus en plus prisés. Acadie, troisième station la moins populaire du réseau, est peut-être la plus dramatique, avec ses quais noirs et bleus et ses luminaires rouges vifs. Les murales de Jean Mercier, représentant des personnages qui semblent en apesanteur sur les murs de la station, ont été les premières œuvres d’art photographiques dans le métro de Montréal.

  • L’Assomption

    Ligne : verte Mise en service : 1976 Origine du nom : L’avenue Poulin a été renommée L’Assomption en 1951 après la proclamation, en 1950 par Pie XII, du dogme de L’Assomption. Nombre d'entrées (2011): 1 141 977

  • L'Assomption

    L’urgence de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, située à environ 10 minutes de marche de L’Assomption, est sans aucun doute plus achalandée que la station! L’Assomption est si peu fréquentée, qu’on ne se soucie pas trop de son appellation exacte. L’affichage sur les quais et la voix dans le métro indique «L’Assomption» alors que le plan du métro et le site de la STM parle d’«Assomption», sans le «l’». Après avoir admiré les murales colorées de Guy Montpetit, on sort à l’extérieur pour réaliser qu’on est au milieu de nulle part! On profite toutefois d’un point de vue inédit sur le Stade et le village olympique.

  • De la Concorde

    Ligne : orange Mise en service : 2007 Origine du nom : Le boulevard de la Concorde qui borde la station est nommé d’après la place du même nom à Paris. Nombre d'entrées (2011): 1 234 745

  • De la Concorde

    Si ce n’était pas du lien entre de la Concorde et du train de banlieue vers Blainville/Saint-Jérôme, seuls les résidants de ce secteur de Laval-des-Rapides emprunteraient la station. Complètement déclassée par les deux autres stations lavalloises qui l’encadrent et où l’on trouve les terminus d’autobus, de la Concorde est toutefois un succès sur le plan architectural. C’est lumineux, ça respire et c’est cohérent. Cinquième station la moins achalandée du réseau, bien peu de gens peuvent cependant en profiter.

  • Monk

    Ligne : verte Mise en service : 1978 Origine du nom : Des avocats, dont Frederick Monk, achètent la terre Davidson où sera tracée la rue Davidson, devenue le boulevard Monk en 1911. Nombre d'entrées (2011): 1 279 012

  • Monk

    Il existe une aura de mystère autour de la station Monk. Après un petit sondage maison sur les stations les moins souvent visitées, c’est le nom qui est ressorti le plus souvent. Mais six arrêts restent tout de même moins achalandées que Monk. À l’intérieur, sous une série de balcons fermés pour la sécurité des personnes non voyantes, le principal attrait est sans doute l’œuvre Pic et Pelle de Germain Bergeron, constitué de deux immenses sculptures. À l’extérieur, une véritable vie de quartier s’articule autour du boulevard Monk. C’est d’ailleurs la seule station de notre liste qui compte une SAQ à moins de 100 mètres!

  • Préfontaine

    Préfontaine Ligne : verte Mise en service : 1976 Origine du nom : Raymond Préfontaine a été maire de Montréal de 1898 à 1902. Nombre d'entrées (2011): 1 348 300

  • Préfontaine

    Champ-de-Mars n’est pas la seule station de Montréal qui laisse entrer la lumière naturelle jusqu’aux quais. C’est le cas aussi à Préfontaine, situé dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga–Maisonneuve ce qui fait que, oui, il est possible de se connecter au réseau 3G! Sur les édicules et à l’intérieur de la station, le logo fléché du métro de Montréal est repris comme un élément décoratif et architectural. À l’extérieur, la rue Hochelaga montre peu de signes de vie. Si vous êtes dans le coin, allez voir les curieuses statues anciennes (en plus d’une réplique de la statue de la Liberté!) qui coiffent le bâtiment d’Aliments Starmax, sis au 2965, rue Hochelaga.