Huffpost Canada Quebec qc

Bell saura presque tout des habitudes de ses clients

Publication: Mis à jour:
BELL LOGO
PC

L'entreprise de télécommunications Bell a communiqué avec ses clients la semaine dernière des changements à sa politique sur les renseignements privés qui soulèvent des inquiétudes. Dès le 16 novembre, elle compilera et distribuera à des partenaires des informations sur les habitudes de ses clients pour des publicités et des offres « plus pertinentes ».

Bell précise qu'elle ne partagera pas d'informations permettant d'identifier ses clients.

« Ils sauront pratiquement tout sur vous », explique le professeur en droit Michael Geist de l'Université d'Ottawa. « Ils sauront littéralement quelles pages web vous avez visitées, les termes de recherche que vous utilisez, où vous êtes, quelles applications vous utilisez, quelles émissions de télévision vous regardez, même vos habitudes d'appel », ajoute ce spécialiste du droit et des technologies.

Bell a refusé les demandes d'entrevues pour commenter ces changements.

Ses clients peuvent refuser de recevoir des publicités sélectionnées en fonction de leurs habitudes de navigation sur le web, de leur utilisation de leur téléphone et de leur géolocalisation. Mais selon le porte-parole de l'Union des consommateurs Philippe Viel, des renseignements personnels seront tout de même compilés même si un client refuse les publicités ciblées.

Le professeur Geist suggère que le partage des renseignements personnels soit volontaire, à la suite d'une démarche d'un client, ce qui pourrait s'accompagner d'un rabais sur la facture. « Ce n'est pas ce qu'ils font », dit-il. « Ils forcent les gens à se retirer, et de facto tout le monde est surveillé et suivi. »

De son côté, M. Viel de l'Union des consommateurs estime que Bell respecte la loi, mais il considère que sa nouvelle politique n'est pas conforme à l'éthique. Les clients ne souhaitant pas que leurs renseignements personnels soient compilés et partagés n'ont d'autres choix, dit-il, que de mettre fin à leur contrat et de payer des indemnités.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Le meilleur et le pire des opérateurs canadiens (2012)
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Renseignements personnels: Bell s'attire les critiques