NOUVELLES

Montréal : Des services coûteux et des entreprises taxées?

22/10/2013 04:28 EDT | Actualisé 21/12/2013 05:12 EST

Le candidat à la mairie de Montréal, Marcel Côté, promet une réforme en profondeur de l'administration municipale montréalaise. Selon lui, un ménage s'impose parce que les services offerts par la ville coûtent plus cher qu'ailleurs et que les entreprises montréalaises sont les plus taxées au pays.

Un texte de Vincent Maisonneuve

Lors du débat sur l'économie présenté à RDI, Marcel Côté affirmait que les « coûts des services sont 59 % plus élevés qu'ailleurs au Québec. Nous payons les taxes d'affaires les plus élevées au Canada ».

Une étude menée par le Centre sur la productivité et la prospérité affilié aux HEC démontre effectivement qu'à Montréal, les coûts pour les travaux de voirie, le déneigement, la police, les pompiers, etc. sont 59 % plus élevés que la moyenne québécoise. Montréal se classe au 10e et dernier rang à ce chapitre. De plus, l'écart entre Montréal et le reste de la province est considérable.

Le palmarès des HEC classe la ville de Québec en avant-dernière position, soit au 9e rang. Pourtant, le coût des services dans la Capitale nationale est à peine 15 % plus élevé de la moyenne provinciale.

Pour ce qui est des taxes imposées aux compagnies, le palmarès de la Fédération canadienne des entreprises indépendantes classe en effet Montréal en queue de peloton. En raison de ses politiques fiscales à l'égard des PME, Montréal occupe le 107e et dernier rang au pays.

Mais lorsqu'on prend un peu de recul et que l'on compare Montréal aux autres grandes villes dans le monde, on réalise que la métropole fait plutôt belle figure. En 2012, la firme KPMG a mesuré la compétitivité fiscale des 55 plus grandes villes de la planète et Montréal s'est hissée en 6e position.

La métropole québécoise arrive même au premier rang avec la fiscalité la plus avantageuse pour les sociétés qui veulent investir en recherche et développement.

PLUS:rc