NOUVELLES

Les Cards et les Red Sox sont habitués à leurs duels du mois d'octobre

22/10/2013 08:26 EDT | Actualisé 22/12/2013 05:12 EST

BOSTON - Le lanceur Lance Lynn s'est faufilé par une porte menant dans le Monstre vert. Confiné dans un espace restreint derrière la fameuse clôture du champ gauche, le colosse des Cardinals de St. Louis a regardé par une des étroites fentes du tableau d'affichage.

«C'est un peu trop à l'étroit à mon goût», a-t-il dit.

Plusieurs joueurs des Cards ont vu le stade vieux d'un siècle pour la première fois au cours de l'entraînement de mardi, 24 heures avant que ne soit lancée la Série mondiale les opposant aux Red Sox de Boston.

Mais ce ne sera pas la première fois que les amateurs de baseball assisteront à une classique automnale mettant aux prises ces deux clubs. Que ce soit avec «Stan the Man» et le «Splendid Splinter», «Gibby» et «Yaz», Pedro et Pujols, les 'Redbirds' et les Red Sox ont créé leur propre histoire au cours de leurs trois Séries mondiales précédentes entre les deux équipes.

Jon Lester sera opposé à Adam Wainwright dans ce premier match. Le partant des Red Sox fera face à une formation qui vient de recevoir un sérieux coup de pouce: Allen Craig, qui a mené le Baseball majeur avec une moyenne de ,454 avec des coureurs en position de marquer cette saison, sera de retour au jeu. Il n'a pas joué depuis le 4 septembre en raison d'une entorse à la cheville.

Le quatrième frappeur du rôle agira à titre de frappeur désigné pour les Cards.

La météo pourrait jouer un rôle également. Le mercure devrait être près du point de congélation, et de la pluie est prévue.

Les Red Sox sont légèrement favoris dans ce duel opposant les deux équipes qui ont récolté le plus de victoires dans les Majeures. Les deux clubs ne se sont pas affrontés en saison régulière depuis 2008 et Jacoby Ellsbury a bien hâte que la série s'amorce.

«Ce sera excitant de voir de nouveaux visages», a déclaré le rapide voltigeur de centre.

David Ortiz, Dustin Pedroia et plusieurs de leurs coéquipiers barbus auront à négocier avec les jeunes bras des Cards, menés par la révélation des séries Michael Wacha et les releveurs Trevor Rosenthal, Carlos Martinez et Kevin Siegrist.

Ortiz était là quand les Red Sox ont balayé la Série mondiale de 2004 face aux Cards, une série au cours de laquelle ils n'ont jamais tiré de l'arrière et mis fin à une disette de 86 ans.

«Je suis bien au courant de l'historique entre les deux équipes, a dit Ellsbury. Mais dès que le premier lancer est envoyé, tout cela devient chose du passé.»

Les Red Sox tentent de remporter un troisième titre en 10 ans, tandis que les Cards veulent mettre la main sur un deuxième trophée en trois ans et un troisième en huit saisons.

«Certains d'entre nous gardent de très mauvais souvenirs de 2004, a déclaré le gérant des Cards, Mike Matheny. On voudra se venger.»

Matheny était le receveur des Cards cette année-là, appuyé par la recrue Yadier Molina. Maintenant, Molina est considéré comme le meilleur receveur défensif du baseball. C'est lui qui devra stopper Ellsbury et les Red Sox sur les sentiers.

«C'est bien de faire partie de cette histoire, d'être ici au Fenway Park et d'être de cette série contre les Red Sox, a déclaré Molina. C'est différent de jouer ici de façon générale. Tous les aspects du jeu sont différents: en défensive, à l'attaque, au monticule. C'est différent, mais en même temps c'est très amusant.»

David Freese a grandi à St. Louis et a été choisi le joueur par excellence de la Série mondiale en 2011. Il a entendu parler de la rivalité entre Stan Musial et Ted Williams en 1946 et du duel entre Bob Gibson et Carl Yastrzemski en 1967. Il se rappelle aussi de la façon dont Keith Foulke a mis fin à la série de 2004 sur le roulant d'Edgar Renteria.

«Je me souviens de ce jeu. Du balayage. Vous ne vous attendez pas à ce que la Série mondiale prenne fin en quatre rencontres», a dit le troisième-but de 30 ans.

Freese a toujours souhaité avoir la chance de jouer à Fenway. Il a foulé sa terre battue rouge pour la première fois mardi, se permettant même de frapper une balle dans le haut du Monstre vert.

«Celle-là, c'est la mienne», a-t-il crié à son coéquipier Matt Holliday.

«Un match peut changer avec un seul élan dans ce stade, a dit Wacha. C'est plutôt fou. Ses dimensions sont folles en tout cas.»

PLUS:pc