Plus de 40 pour cent des parents craignent de voir leur enfant décrocher lors de son parcours à l'école secondaire, indique un nouveau sondage mené par la firme Léger dont les résultats ont été dévoilés mardi.

À l'échelle de la province, 82 pour cent des répondants se disent préoccupés par l'enjeu du décrochage scolaire, une hausse de trois points depuis 2011, souligne l'enquête, réalisée pour le compte de la Fondation Lucie et André Chagnon.

Les parents voient également grand pour leurs enfants, puisque plus de la moitié d'entre eux souhaitent voir leur progéniture obtenir un diplôme universitaire. Un diplôme d'études collégiales serait suffisant pour 26 pour cent des répondants.

De plus en plus, les difficultés vécues entre zéro et cinq ans sont à l'origine de problèmes de décrochage, selon 48 pour cent des personnes sondées. Une proportion similaire de répondants croit qu'il faut investir davantage à ce niveau afin de stimuler la persévérance scolaire.

Le coup de sonde suggère également que l'éducation est la deuxième priorité des Québécois, derrière le dossier de la santé, identifié comme prioritaire par plus de 25 pour cent des répondants.

L'enquête de la firme Léger a été réalisée sur le Web du 12 au 4 octobre derniers auprès de 3025 personnes âgées de 15 ans et plus.

Les résultats ont été révélés alors que débutent, le 4 novembre, à Montréal, les Grandes rencontres sur la persévérance scolaire.

Aussi sur Le HuffPost:

Loading Slideshow...
  • Leur poser les bonnes questions

    Essayez de formuler les demandes d’une manière qui les pousse à vous en dire un peu plus. Par exemple, «Avec qui as-tu joué à la récréation aujourd’hui?»

  • Passer du temps ensemble

    Le meilleur moment pour leur poser des questions, c’est peut-être lorsque vous faites des activités ensemble, par exemple durant une marche ou lorsque vous faites un bricolage.

  • Demander aux enfants de tenir un journal

    Les enfants plus vieux aimeront peut-être avoir un cahier où ils pourront écrire quelques lignes chaque jour sur leur temps passé à l’école.

  • En faire un jeu

    Par exemple, vous pouvez leur raconter trois anecdotes de votre journée, incluant une qui est fausse. Les enfants doivent deviner laquelle, puis faire de même.

  • Faire de l’écoute active

    Soyez à l’affût de petits commentaires que vos enfants pourraient faire ici et là, sur les enseignants ou d'autres élèves. Il pourrait s’agir là d’un point de départ pour une conversation.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.