POLITIQUE

Couillard s'inquiète de la proximité de PKP avec le PQ

22/10/2013 01:47 EDT | Actualisé 22/12/2013 05:12 EST
Agence QMI

QUÉBEC - Le chef libéral Philippe Couillard s'est inquiété mardi de la proximité entre l'homme d'affaires Pierre Karl Péladeau et le gouvernement du Parti québécois.

M. Couillard a exprimé sa surprise devant la participation de M. Péladeau aux travaux d'un comité ministériel, habituellement réservés aux élus et aux hauts fonctionnaires.

«J'ai été au gouvernement pendant cinq ans, des comités du conseil des ministres, je n'ai jamais vu quelqu'un d'autre qu'un élu, qu'un ministre ou que des hauts fonctionnaires y participer, a-t-il dit. Je suis surpris de ça. (...) Il est légitime que M. Péladeau et d'autres personnes soient consultées pour l'élaboration de politiques, mais que ça se fasse à l'intérieur de comités du conseil des ministres, je trouve ça particulier.»

Le chef libéral a réclamé plus de précisions sur les dispositions qui ont été prises pour empêcher les conflits d'intérêts entre les responsabilités de M. Péladeau, président du conseil d'administration d'Hydro-Québec, et ses activités dans le secteur des médias de son conglomérat Québecor.

«On s'attend à ce que ces divisions soient explicites, bien présentées et bien gérées, a-t-il dit. On nous a dit qu'elles existent, je demande au gouvernement de le répéter et de l'affirmer clairement et de décrire si possible quelles sont-elles, quelles sont leurs natures et de quelle façon elles sont gérées.»

Selon M. Couillard, l'étanchéité doit être complète entre les deux sphères d'activités de M. Péladeau, qui a accédé à la société d'État au printemps dernier.

«Je veux une isolation complète entre l'univers médiatique et les travaux du gouvernement sur des politiques importantes, qui sont d'intérêt public», a-t-il dit.

Il y a dix jours, La Presse Canadienne a rapporté que M. Péladeau avait participé à deux rencontres du comité ministériel sur l'électrification des transports.

La première ministre Pauline Marois a affirmé que M. Péladeau s'impliquait en raison de ses fonctions à Hydro-Québec et elle a ajouté que cette participation se poursuivra.

En avril dernier, Mme Marois avait assuré que l'homme d'affaires, actionnaire de contrôle de Québecor, prendrait les mesures adéquates pour éviter les conflits d'intérêts.

Le député de Québec solidaire Amir Khadir a exprimé la crainte que le conglomérat Québecor soit derrière les manifestations d'appui au projet de charte des valeurs du gouvernement.

M. Khadir a rappelé que l'auteure Janette Bertrand, cosignataire d'un manifeste pour le projet du gouvernement, avait été sollicitée par la conjointe de M. Péladeau, l'animatrice de télévision Julie Snyder.

«On connaît l'immense pouvoir dont jouissent Mme Snyder et son mari et le travail très imbriqué de sa maison de production avec TVA et l'empire Québecor», a-t-il dit.

En avril dernier, Québecor a déclaré que M. Péladeau se conformerait au code d'éthique des administrateurs d'Hydro-Québec, qui prévoit que ses membres se retirent des délibérations où il existe un risque de conflit d'intérêts.

La gestion de ces situations au sein de Québecor a été confiée au secrétariat corporatif de l'entreprise du secteur des télécommunications et des médias, avait précisé le vice-président affaires publiques de l'entreprise, Martin Tremblay.

INOLTRE SU HUFFPOST

6 faits sur Philippe Couillard