NOUVELLES

Une ville du nord de la Chine étouffée par un épisode de smog intense

21/10/2013 10:18 EDT | Actualisé 21/12/2013 05:12 EST

PÉKIN, Chine - La visibilité est tombée à quelques dizaines de mètres et la pollution des particules fines s'est envolée à plus de 40 fois la norme internationale jugée sécuritaire dans une ville du nord de la Chine, alors que la région entame sa saison de smog intense.

Le nord de la Chine connaît typiquement ses pires épisodes de pollution atmosphérique en hiver, en raison des conditions météorologiques et d'une augmentation de la consommation de charbon par les résidences et les municipalités.

Les systèmes de chauffage se sont mis en marche dimanche dans la grande ville de Harbin, et lundi la visibilité y était de moins de 50 mètres.

La densité de matière particulaire fine, la PM2,5 utilisée pour mesurer la qualité de l'air, surpassait largement 600 microgrammes par mètre cube — y compris plusieurs lectures de 1000 microgrammes — dans plusieurs endroits de Harbin, selon les données mises en ligne par l'agence chinoise de protection de l'environnement.

Il s'agit des premières lectures de 1000 connues depuis que la Chine a commencé à publier des données concernant les PM2,5 en janvier 2012. La concentration jugée sécuritaire par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) est de 25 microgrammes par mètre cube.

Certaines écoles et autoroutes de la ville ont été fermées. Au moins 40 vols ont été retardés ou annulés lundi à l'aéroport international de Harbin.

Une agence de l'OMS a annoncé la semaine dernière que la pollution atmosphérique est «le plus important agent cancérogène environnemental», devançant la fumée secondaire et la fumée de cigare.

PLUS:pc